Votre mot de passe vous sera envoyé.

Plonger à Bali est souvent synonyme de coraux multicolores, ou encore de muck-dive sur un sable volcanique riche d’une faune éclectique et colorée, mais on peut également parfois plonger à Bali sur des épaves. Certes l’épave du Boga ne jouit pas de la même notoriété que l’épave du Liberty (lire l’article ICI), mais elle mérite tout de même une petite visite…

Le Boga

Construit aux Pays-bas en 1953, le Boga est un cargo de 37 mètres de longueur, pesant 193 tonneaux, et utilisé par le gouvernement indonésien pour le département de la communication maritime.
Le bateau sera décomissionné, puis volontairement coulé en Septembre 2012, afin de servir de récif artificiel et de développer la plongée sous-marine à Kubu, un village situé à quelques petits kilomètres seulement de Tulamben, mais beaucoup moins réputé que ce dernier, épave du liberty oblige…
L’épave du Boga repose donc maintenant sur le sable noir de Kubu, la proue tournée vers le rivage dont elle se trouve à quelques petits coups de palmes seulement. Initialement immergée entre 13 et 31 mètres de profondeur, elle a un peu tendance à glisser et sa proue se trouve désormais à 18 mètres et sa poupe à 36. Cette plongée est par conséquent réservée à des plongeurs Advanced Open Water / N2.
Encore relativement récente et en parfait état de conservation, les coraux n’ont pas encore colonisé l’épave du Boga, mais plusieurs espèces de poissons y ont déjà élu résidence, et puis la cargaison du Boga abrite également quelques petites surprises…

Plongée sur l’épave du Boga

Comme d’habitude lors de ces plongées à Bali, nous nous immergeons depuis la plage de galets, en sélectionnant pour nous avancer dans l’eau la vague qui ne nous rejettera pas sur le rivage. Sous la surface nous attend une vaste plaine de sable noir, qui, ici comme à Tulamben, forme le paysage sous-marin qui s’offre à nos regards, résidu des éruptions passé du volcan Agung qui domine le paysage terrestre.
Nous palmons en suivant le fond qui s’enfonce en pente douce vers le large, et bientôt se dresse entre nous et le soleil l’imposante proue de l’épave du Boga.
A la différence de l’épave du Liberty, très abîmée par le temps et les colères de l’Agung, l’épave du Boga apparaît intacte, et ressemble encore à bateau, comme si ce dernier avait simplement été posé la veille sur le fond sableux avant d’y être abandonné.

Plongée à Bali : La silhouette de la proue de l'épave du Boga à Kubu, près de Tulamben

Plongée à Bali : La silhouette de la proue de l’épave du Boga à Kubu, près de Tulamben

Nous longeons tout d’abord son flanc tribord en remontant les presque quarante mètres qui séparent la proue de la poupe.
Sur cette carcasse de métal qui commence seulement à se recouvrir d’une belle robe lie de vin grâce aux éponges encroûtantes, de nombreux nudibranches ont élu domicile, et ceux-là je ne les connais pas encore. Il s’agit de Caloria indica, un nudibranche de la famille des éolidiens, qui comme l’ensemble de cette famille ne possède pas de panache branchial et respire donc par échange cutané au niveau de ses nombreux cérates.

Arrivés au niveau de la proue, nous remontons jusqu’au bastingage avant de nous laisser glisser sur le pont de l’épave du Boga. Encore bien conservé, ce dernier offre de multiples recoins dans lesquels se cache des poissons scorpions feuillus ou encore une crevette mante paon.

Plongée à Bali : Poisson scoprion feuille (Taenianotus triacanthus ) sur l'épave du Boga près de Tulamben

Plongée à Bali : Poisson scoprion feuille (Taenianotus triacanthus ) sur l’épave du Boga près de Tulamben

Mais le plus intriguant est assurément cette grande écoutille rectangulaire qui s’ouvre au milieu du pont, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire nous nous y engageons et nous nous retrouvons bientôt dans les entrailles du cargo, à 24 mètres de profondeur.
Cette première cale, relativement grande, abrite un véhicule encore en bon état de conservation. Je suis incapable d’en identifier la marque, mais contrairement à la plaisanterie formulée par notre guide de plongée, il ne s’agit certes pas d’une Ferrari…

Nous poursuivons l’exploration des entrailles du Boga en nous dirigeant vers la proue, et une fois franchie la zone qui se trouve directement sous l’écoutille de pont, l’obscurité devient quasi totale, avec une faible lueur bleutée qui nous parvient depuis les trous de hublots percés le long de la coque. Cette seconde cale abrite également son lot de surprises, puisque l’on peut y découvrir une statue, un coffre, mais également quelques bouteilles de plongée. Peut-être un clin d’œil imaginé à l’époque pour les futurs visiteurs sous-marins de l’épave ?

Arrivés au niveau de la proue, une large ouverture permet de remonter sur le pont supérieur de l’épave du Boga. Là aussi l’obscurité reste de mise, mais la lumière qui entre par les écoutilles permet de nous diriger, et nous sommes bientôt de retour sur le pont du navire, juste en dessous des cheminées.

Nous remontons sur le gaillard d’avant, encombré de caisses de bouteilles (malheureusement vides) et de filets dans lesquels on peut à nouveau dénicher des poissons-scorpions feuillus, mais également des syngnathes.

La barre, faite de bois, a probablement été l’un des premiers éléments de l’épave du Boga à se décomposer, et il n’en reste désormais que quelques vestiges…

Plongée à Bali : Les restes de la barre du Boga à Kubu, près de Tulamben

Plongée à Bali : Les restes de la barre du Boga à Kubu, près de Tulamben

C’est en général à cet endroit, parfois plus loin vers la poupe, que l’on peut trouver les platax qui ont élu domicile dans l’épave du Boga. Différentes espèces de gaterins les y accompagnent parfois…

Mais la profondeur de l’épave du Boga ne nous permet pas de nous y éterniser trop longtemps, et bientôt nos ordinateurs de plongées se rappellent à notre bon souvenir… Nous quittons le navire par le babord de la proue, jetant un dernier coup d’œil sur la silhouette silencieuse qui repose à jamais sous la surface.

Plongée à Bali : La silhouette de la proue de l'épave du Boga à Kubu, près de Tulamben

Plongée à Bali : La silhouette de la proue de l’épave du Boga à Kubu, près de Tulamben

Nous regagnons la zone des cinq mètres pour y effectuer notre pallier, tout en longeant le rivage afin de revenir à l’endroit de la plage d’où nous étions partis. Cela nous permet de poursuivre tranquillement notre plongée, observant comme d’habitude le sable noir pour tenter d’y dénicher quelque créature incongrue…

Finalement, même si elle n’a pas encore acquis la réputation de sa voisine de Tulamben, l’épave du Boga constitue une belle plongée, très facile d’accès pour les plongeurs néophytes puisque les ouvertures et points de pénétration y sont relativement larges, la luminosité assez importante et le courant très occasionnel, tout cela pour une profondeur qui reste somme toute raisonnable. Certes la faune commence seulement à s’approprier les lieux, et les biologistes seront certainement un peu déçus par cette grande carcasse métallique encore relativement nue, mais nul doute que d’ici quelques années elle aura su se bonifier et deviendra alors un site incontournable de la plongée à Tulamben

 

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez
+1