BALI: CORAIL ELECTRIQUE A PEMUTERAN

Plongée à Bali : Structure en forme de sphère sur le site de Biorock à Pemuteran
Share

A la fin des années 90, la région de Pemuteran, au Nord-Ouest de Bali, était frappée par deux catastrophes consécutives qui ont bien failli décimer entièrement son corail. Depuis lors, le travail acharné d’une poignée d’hommes a permis de réhabiliter peu à peu son récif, aidés par une méthode de culture innovante. Plongée à la rencontre du corail électrique de Pemuteran

Les catastrophes de Pemuteran

En 1998, un épisode particulièrement violent d’El Nino faisait monter la température de l’eau, entraînant le blanchiment des coraux. Le corail puise en effet une partie de son alimentation dans la relation symbiotique qu’il entretient avec de minuscules algues unicellulaires, les zooxanthelles, qui, par le phénomène de photosynthèse, génèrent des apports glucidiques et lipidiques pour les polypes du corail, mais favorisent également la croissance de son squelette calcaire. Or la simple hausse de température de l’eau d’un ou deux petits degrés perturbe cette photosynthèse et le corail perd ses zooxanthelles, ce qui se traduit par son blanchiment (ce sont les pigments des algues qui lui confère sa couleur) et à terme par sa mort 1.
A peu près au même moment, une invasion d’acanthasters, les magnifiques mais malheureusement destructrices étoiles de mer coralivores, faisait des ravages dans les récifs de Pemuteran. Les scientifiques ignorent toujours ce qui provoque ces invasions massives, mais sachant qu’une seule acanthaster ingurgite environ 5m² de corail par an, on imagine sans peine les dégâts que peut provoquer une invasion de plusieurs centaines de milliers de ces animaux 2
Conséquence de ces deux catastrophes, aggravées par des pratiques destructives de pêche à la dynamite et au cyanure, à l’aube de l’an 2000, le récif de Pemuteran se trouve presque entièrement détruit…

Plongée à Bali : Structure avec statue sur le site de Biorock à Pemuteran
Plongée à Bali : Structure avec statue sur le site de Biorock à Pemuteran

Les projets de réhabilitation

Plusieurs initiatives ont depuis vu le jour à Pemuteran, avec pour ambition de redonner de l’attractivité à ce qui fut jadis un des lieux pionniers de la plongée sous-marine à Bali. Acteurs de la plupart de ces initiatives, l’association Reef Gardeners of Pemuteran (littéralement les jardiniers du récif) a ainsi été créée, formant un projet qui se double également d’une vocation sociale, puisqu’il a permis de recruter une équipe de jeunes locaux, entraînés en tant que PADI Rescue Divers et formés à l’entretien des récifs qu’ils patrouillent régulièrement pour en enlever les acanthasters et autres drupella coralivores, ou réparer les coraux brisés, endommagés par les ancres des bateaux ou par les plongeurs imprudents.

Dans le cadre de leurs missions, les Reef Gardeners ont également participé à la construction et à l’entretien de différents récifs artificiels destinés à servir de support à la repousse du corail, mais également à offrir aux plongeurs de nouvelles atmosphères sous-marines…
Parmi ces initiatives on recense la création classique de quelques épaves, mais également la construction d’un véritable temple sous-marin, ou plus innovant encore, le projet Biorock, un récif artificiel alimenté par le courant électrique pour favoriser la pousse du corail.

Vidéo filmée et montée par Bernard Cortier
 

Plongée dans le Temple de Pemuteran

Le temple de Pemuteran a été construit en 2005, en transportant pièce par pièce les différents éléments et statues qui le composent, transformant ainsi une zone sableuse en un véritable temple hindou qui repose désormais par 30 mètres de fond. Afin de permettre sa visite par des plongeurs moins expérimentés, une seconde section y a été ajoutée en 2006 par 15 mètres de profondeur.

Plongée à Bali : Statue engloutie sur le mur de Temple à Pemuteran
Plongée à Bali : Statue engloutie sur le mur de Temple à Pemuteran

On accède au site de plongée depuis la plage de Pemuteran, au moyen d’un typique bateau balinais à balancier, après seulement dix petites minutes de navigation en direction de l’Ouest.
Il suffit alors de se laisser descendre le long du mur pour voir bientôt apparaître dans la demie obscurité les premières statues, posées sur leur socle à même le fond. La visibilité à cet endroit n’est pas toujours excellente, mais cela confère au site une atmosphère étrange, légèrement fantomatique, d’autant que les rayons du soleil ont bien du mal à pénétrer jusqu’à cette profondeur…

Une fois la visite du temple de Pemuteran terminée, on remonte ensuite le long du tombant qui héberge de magnifiques spécimen de gorgones et d’éponges barriques aux étranges arêtes aiguisées comme des couteaux…

Plongée à Bali : Gorgone dans le bleu sur le mur de Temple à Pemuteran
Plongée à Bali : Gorgone dans le bleu sur le mur de Temple à Pemuteran
Plongée à Bali : Eponge barrique sur le mur de Temple à Pemuteran
Plongée à Bali : Eponge barrique sur le mur de Temple à Pemuteran

A mi hauteur, vers une quinzaine de mètres de profondeur un petit plateau abrite la section la plus récente du temple de Pemuteran. On y trouve également quelques statues, mais aussi, preuve du renouveau de ce récif, quelques individus très colorés d’alcyonaires jaunes ou pourpres.

Malgré ces signes de reprise plutôt encourageants, cette plongée sur le Temple de Pemuteran me laisse un goût un peu amer… J’y croise en effet de nombreux coraux brisés ou morts, qui offrent un spectacle de grande désolation que ne parvient pas à compenser entièrement l’atmosphère inhabituelle et étrange du temple, ou les tâches colorées des magnifiques gorgones étalées dans le courant.
D’ailleurs la faune mobile ne s’y trompe pas puisque l’on y croise que de rares spécimen, comme cette petite rascasse dans son lit improvisé de corail, ou encore ce poisson papillon à deux tâches qui erre le long du tombant.

Plongée à Bali : Rascasse posée sur un corail sur le mur de Temple à Pemuteran
Plongée à Bali : Rascasse posée sur un corail sur le mur de Temple à Pemuteran

Plongée sur Biorock, à la rencontre du corail électrique…

Le projet Biorock de Pemuteran a vu le jour en Juin 2000, et de nouvelles structures y ont été régulièrement ajoutées pour servir de nursery à corail. Tout le projet repose sur les travaux du professeur Wolf Hilbertz et du docteur Tom Goreau, qui utilisent un procédé appelé Accrétion Minérale Electrolytique (AME) imaginé dans les années 70. Le principe consiste à utiliser un courant électrique faible qui permet d’attirer vers la cathode du dispositif les ions positifs présents dans l’eau de mer, favorisant l’accrétion minérale et créant ainsi un dépôt plus facile à coloniser par les organismes marins qui peuvent également y puiser les sels minéraux nécessaires à leur croissance. Le courant électrique servant à alimenter l’installation provient directement de la terre toute proche, on encore de petites éoliennes ou panneaux solaires fixés à la surface sur de petites bouées.
La croissance du corail dans cet écosystème est estimée 4 à 5 fois plus rapide qu’en milieu naturel! Il ne reste donc plus qu’à greffer sur les structures métallique (ferraillage et grilles) les branches de corail qui ont été cassées par l’homme ou les tempêtes.

Ici à Pemutaran, le projet prend également une dimension artistique puisque les structures métalliques qui hébergent le corail incarnent des formes improbables, où l’on peut reconnaître pèle-mêle un poisson, une tortue, une sphère géante, un petit temple, quelques statues d’éléphants et bien d’autres encore…

Ainsi la visite du site de biorock prend la forme d’une agréable promenade sous-marine, où l’on se laisse surprendre à chaque détour de rocher par une nouvelle structure à la forme déroutante, d’autant que la faible profondeur du site (entre 7 et 12 mètres) en permet une exploration prolongée.

La faune mobile n’est pas en reste puisque’elle a largement colonisé le site de Biorock, et l’on y croise ainsi bon nombre d’espèces, parmi lesquelles des platax, des poissons clowns, mais aussi des rascasses et autres poissons traditionnels de l’indo-pacifique.

Plongée à Bali : Poisson clown sur le site de Biorock à Pemuteran
Plongée à Bali : Poisson clown sur le site de Biorock à Pemuteran

Au final, si Pemuteran n’a pas encore retrouvé toute sa splendeur d’entant, la mobilisation et la créativité de la population locale permet de proposer des plongées pour le moins atypiques, dégageant une atmosphère étrange qui compense l’absence des paysages coralliens auxquels nous ont habitués les traditionnelles plongées à Bali. Et puis surtout les initiatives pour réhabiliter le site commencent à porter leurs fruits, et chaque branche de corail que l’on y croise prend une dimension toute particulière, jetant sur le paysage alentour un éclat de couleur qui porte également en lui toutes les promesses d’un futur éclatant…

  1. lire cet excellent article ici pour en savoir plus sur la relation symbiotique du corail et son blanchiment
  2. voir ici pour en savoir plus sur les invasions d’acanthasters

Articles dans cette catégorie

Share
Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées.

Ma plus belle plongée ? J'espère bien la prochaine...

Et si vous laissiez un commentaire ? (votre adresse mail ne sera pas publiée)