Votre mot de passe vous sera envoyé.

Pour cette nouvelle plongée au Japon, j’ai choisi l’île de Tokashiki, en plein cœur de l’archipel des Kerama, à un plus plus d’une heure de bateau d’Okinawa. Depuis Maejima, où nous avons effectué nos plongées sous-marines du matin, il nous faut un petit quart d’heure de navigation vers l’Ouest pour nous y rendre.

Carte de Togashiki

Carte de Tokashiki

Nous jetons l’ancre à quelques encablures du rivage, et nous nous mettons à l’eau en nous immergeant rapidement puisque le courant de surface est assez fort à cet endroit. Sous le bateau je trouve le fond à 6mètres de profondeur, dans un paysage très minéral, rempli de gros blocs, d’éboulis et de dalles, avant qu’une étendue sableuse ne prenne la relève pour courir vers le large.

Les anémones de Tokashiki

Je me dirige plein Nord, où une arête rocheuse s’enfonce perpendiculairement au rivage. Je la suis à main gauche, en prenant lentement de la profondeur.
Le site regorge d’anémones qui servent d’abris à différentes populations de poissons-clowns, mais aussi de crevettes, avec lesquelles elles ont développé une relation mutualiste. Il s’agit ici probablement d’Amphiprion clarkii dans une anémone bulle (Antacmaea quadricolor), et plus bas de la crevette Ancyclomenes sarasvati  dans une anémone cuir (Heteractis crispa)

Poissons clowns dans leur anémone à Tokashiki (archipel des Kerama)

Poissons clowns dans leur anémone à Tokashiki (archipel des Kerama)

Crevette quasi translucide dans on anémone à Tokashiki (archipel des Kerama)

Crevette quasi translucide dans on anémone à Tokashiki (archipel des Kerama)

Je suis toujours stupéfait par la transparence du corps des crevettes, comme si toutes les lois de la lumière et de la matière étaient bafouées… Cela rend en tous les cas le travail du photographe bien compliqué… si tant est qu’il parvienne à dénicher l’animal… L’individu de la photo précédente atteint presque les sommets de l’art du camouflage, puisque non content de disposer d’un corps quasi translucide, les seuls parties colorées qu’il exhibe se confondent parfaitement avec la coloration de la pointe de l’anémone cuir dans laquelle il vit… Et bien sûr le bestiau ne mesure que quelques centimètres…

J’atteins bientôt la pointe de l’arête rocheuse. Mon manomètre indique 19m de profondeur. Je passe alors sur l’autre versant de l’arête,  celui-ci exposé au courant, avant de répéter le même parcours sur une seconde arête un peu plus loin, celle-ci de plus faible longueur.

Les étoiles de mer de Tokashiki

Le site de Tokashiki regorge d’étoiles de mer de tailles et d’aspects différents, comme cet étrange spécimen marbré aux bras dont les extrémités ressemblent à des moignons tronqués et carbonisés. Je n’ai aucune idée de l’espèce à laquelle elle peut appartenir… Je pencherais pour Fromia elegans ? Si un spécialiste des échinodermes passe par là, son commentaire est plus que bienvenu !

Étoile de mer aux étranges bras tronqués (Ferdina ?) à Tokashiki (archipel des Kerama) (plongée japon)

Étoile de mer aux étranges bras tronqués (Fromia elegans?) à Tokashiki (archipel des Kerama)

Et plus étrange encore, ce qui ressemble à une étoile de mer disproportionnée, comme si un seul de ses bras avait poussé en oubliant les autres…
Il s’agit de Linckia multifora en pleine phase de reproduction par autonomie (reproduction asexuée), et encore au stade « comète ».
Cette étoile de mer a en effet la particularité de pouvoir se reproduire en détachant simplement l’un de ses bras, qui va ensuite s’auto-régénerer  pour former une nouvelle étoile de mer complète. On parle de stade « comète » lorsque les nouveaux bras commencent à se former, par analogie avec le corps céleste du même nom auquel elle ressemble beaucoup…

Étoile de mer (linckia multifora) en reproduction à Tokashiki (archipel des Kerama)

Étoile de mer (linckia multifora) en reproduction à Tokashiki (archipel des Kerama)

Je poursuis l’exploration du site de Tokashiki en reprenant lentement la direction du bateau, nageant cette fois un peu plus près du rivage en survolant la base des arêtes rocheuses (vers 6-8 mètres de profondeur).
C’est le territoire des murènes, comme cette grosse murène léopard qui exhibe fièrement sa tenue à pois en me regardant passer avec méfiance. Incontournable dans tout dressing de fille, il parait que la robe à pois est indémodable… (voir une version Noir et Blanc dans la galerie créative)

Murène léopard à Tokashiki (archipel des Kerama)

Murène léopard à Tokashiki (archipel des Kerama)

Sur ces arêtes rocheuses se sont également fixées des gorgones éventails (Annella Mollis), dont la taille, sur ces plongées au Japon, ne cesse de m’étonner… Ce n’est pas pour rien que l’on la surnomme gorgone géante: Celle-ci doit mesurer pas loin de 2 mètres d’envergure et le diamètre de son pied fait presque penser à celui d’une grosse branche d’arbre…

Grande gorgone à Tokashiki (archipel des Kerama) (plongée japon)

Grande gorgone à Tokashiki (archipel des Kerama)

Un peu avant d’arriver au bateau, une petit faille s’enfonce de quelques mètres dans le sol. Je l’emprunte pour contourner le gros bloc rocheux qui se trouve là, et bien m’en prend puisque je découvre un petit nudibranche (Phylidia Coelestis), le premier de cette plongée à Tokashiki

Nudibranche (Phylidia Coelestis) à Tokashiki (archipel des Kerama) (plongée japon)

Nudibranche (Phylidia Coelestis) à Tokashiki (archipel des Kerama)

Comme cela fait déjà 15 bonnes minutes que je nage à 6 mètres de profondeur, je n’aurai pas besoin d’effectuer un pallier de sécurité supplémentaire, et je continue donc à tourner sous le bateau en cherchant (en vain) de nouveau nudibranches, vidant mon bloc jusqu’à la réserve avant de regagner la surface après 42 minutes d’une belle plongée sur ce site de Tokashiki.

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux

Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j’ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.


Ma plus belle plongée ? J’espère la prochaine…


Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1