Votre mot de passe vous sera envoyé.

Depuis longtemps déjà je rêvais d’explorer les eaux du Parc de Komodo, célèbre pour ses dragons endémiques, véritables fossiles vivant que l’on croirait tout droit issus du fond des ages. Aujourd’hui le rêve se réalise, et je retrouve à l’aéroport de Denpasar Sylvie, Alain et Bernard, des amis de Paris qui vont partager cette aventure avec moi et s’embarquer pour douze jours de croisière plongée à Komodo, dont la première étape va nous mener sur Sabayor Kecil, une petite île située juste à l’orée du parc…

 

Parti de bon matin de Bali, notre avion vient de se poser sur le tarmac de Labuan Bajo, une petite ville à l’extrême Ouest de l’île de Flores qui constitue le principal port d’embarquement pour parcourir les vastes étendues maritimes du Parc de Komodo. Le trajet, un peu plus d’une heure, nous a fait survoler les  îles de Lombok et de Sumbawa, dans l’archipel des petites îles de la Sonde, frôlant au passage quelques volcans, avant de passer juste au Nord du Parc de Komodo, nous laissant déjà entrevoir depuis le ciel les magnifiques paysages que nous allons bientôt découvrir depuis la surface, et en dessous…

A l’extérieur de l’aéroport le large sourire de Ludo nous accueille. Il sera notre guide pour les douze jours de cette croisière plongée sous-marine à Komodo (voir le détail ICI). Ludo nous conduit aussitôt vers le port où nous embarquons sur le Tidak Apa Apa, un phinisi indonésien pur jus, qui lève l’ancre sans perdre une minute, cap plein Ouest vers le mythique Parc de Komodo…

Plongée à Komodo : Le Tidak apa apa, un phinisi traditionnel, près de Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Le Tidak apa apa, un phinisi traditionnel, près de Sabayor Kecil

Pour cette première journée, le rythme sera plutôt tranquille: découverte du bateau, installation dans nos quartiers, préparation du matériel de plongée, puis enfin dans l’après midi une première plongée de découverte…
Notre groupe est le seul sur cette croisière, et nous avons donc le Tidak Apa Apa pour nous tout seuls. Une véritable croisière privée en somme 🙂 !

Le soleil au zénith tape de toutes ses forces, mais protégés de ses rayons par la bâche du pont, nous dégustons un délicieux déjeuner concocté par M’Tuo , le cuistot du bord, ou peut-être devrais-je dire le « chef » du bord tant sa cuisine est excellente. Pendant ce temps le Tidak Apa Apa trace sa route en direction de l’Ouest, et nous regardons défiler ce paysage somptueux, où de nombreuses îles constellent une mer à l’infinie palette de bleus, plus ou moins intenses selon la profondeur et le courant.
En début d’après-midi nous atteignons le mouillage de Sabayor Kecil 1, une petite île située à proximité des limites du Parc de Komodo, et notre excitation est à son comble tant nous avons hâte de découvrir ce que recèlent ces profondeurs.

Plongée sur le mur de Sabayor Kecil

Nous embarquons tous les quatre dans la petite annexe en alu, et après quelques minutes de navigation nous arrivons au dessus du mur de Sabayor Kecil. Vue depuis la surface, la mer nous parait plutôt calme, en tous les cas rien à voir pour le moment avec les terribles courants évoqués par tous ceux qui reviennent de Komodo. Tant mieux… Difficile de faire des photos quand il y a beaucoup de jus…

L’annexe au fond plat se révélant assez instable, il nous faut une véritable synchronisation de commandos de marines pour nous mettre à l’eau dans une bascule arrière simultanée, chacun à un coin de l’embarcation. Aujourd’hui pas de véritable enjeu sur cette mer d’huile, et heureusement car il nous faudra encore un peu d’entrainement avant de parvenir à un parfait mouvement d’ensemble, mais nous nous en sortons finalement pas trop mal.
Nous nous regroupons à la surface avant de nous laisser glisser vers les profondeurs, le long du mur situé sur le versant Est du site. A cet endroit le tombant se révèle plutôt vertical, mais il ne s’enfonce pas bien loin, jusqu’à une vingtaine de mètre de profondeur, avant de se poursuivre en pente plus douce jusqu’à trente mètres. Nous nous mettons à longer le mur à main gauche, dans le sens du courant (plutôt faible), inspectant chaque anfractuosité pour y dénicher une de ces créatures sous-marine qui font la réputation du parc de Komodo, sans oublier bien sûr de jeter un coup d’œil dans le bleu dans l’espoir d’y apercevoir une tortue ou un requin de récif, nombreux dans les parages.

Mais c’est plutôt du côté du mur que se déroule l’essentiel de l’action aujourd’hui, avec les sempiternels poissons-scorpions (Scorpaenopsis oxycephala), immobiles sur un bout de corail ou posés sur un coin de rocher. Pas de quoi appuyer sur le déclencheur de mon appareil photo, et pourtant celui-ci me semble si expressif qu’il me donne une furieuse envie de lui tirer le portrait… Posé sur un corail plat comme si un cuisinier l’avait disposé dans une assiette, il semble me jeter le regard résigné et vaguement inquiet de celui qui va être dévoré, et sa tête au « nez » proéminent, posé au dessus d’une large bouche et surmonté de deux gros yeux globuleux lui donne une expression quasi humaine…

Plongée à Komodo : Poisson scorpion (Scorpaenopsis oxycephala) à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Poisson scorpion (Scorpaenopsis oxycephala) à Sabayor Kecil

Et puisque nous sommes dans le registre de l’anthropomorphisme, que dire de ce petit gobie que je surprend de dos et qui pourtant semble me regarder ? Sous cet angle il ressemble à un doigt sur lesquels les enfant s’amusent à dessiner un visage en y traçant une bouche et de gros yeux tout ronds…

Plongée à Komodo : Gobie (Valenciennea sp.) à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Gobie (Valenciennea sp.) à Sabayor Kecil

Un peu plus loin le site de Sabayor Kecil forme une petite anse en forme de fer à cheval, et nous poursuivons notre progression le long du mur, contournant bientôt la petite avancée ainsi formée.

Nous y découvrons les habitants traditionnels de ce genre d’écosystème: nudibranches (dont Phyllidiella rudmani que je ne connaissais pas encore), poissons-soldats (Myripristis murdjan), gobies ou anges, comme ici le poisson-ange à six bandes (Pomacanthus sextriatus)

Nous arrivons maintenant à l’extrémité Ouest du site de Sabayor Kecil, et nous quittons le mur pour remonter sur le plateau qui surmonte l’avancée que nous avions longée précédemment. Ce plateau forme un véritable jardin par quinze mètres de fond, parsemé par les couleurs éclatantes des coraux mous ou durs qui y déploient toute leur palette de nuances. Quasiment plat, il remonte ensuite doucement jusqu’à cinq mètres de fond, constituant ainsi l’endroit idéal pour terminer tranquillement cette première plongée d’exploration en y vidant son bloc tout en effectuant son palier de sécurité.

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin à Sabayor Kecil

L’annexe nous ramène ensuite jusqu’au Tidak Apa Apa où nous attend un goûter plus que bienvenu, suivi plus tard dans la soirée par un dîner toujours aussi succulent, que nous a concocté notre maître queue en faisant griller deux belles carangues sur le barbecue agencé à l’arrière du bateau. La soirée se poursuit tranquillement en bavardages et discussions où nous faisons plus ample connaissance avec nos guides, avant de regagner nos couchettes pour une nuit paisible, bercés par le doux clapotis de la mer de Flores.

Plongée sur les pinacles de Sabayor Kecil

Il est environ 7h30 du matin lorsque nous émergeons de nos couchettes pour cette seconde journée de plongée à Komodo. Le soleil ne nous a pas attendus, et il a déjà largement entamé sa progression dans le bleu d’un ciel quasiment sans nuage. La routine propre à toutes les croisières plongée sous-marine commence à se mettre en place: dormir, manger, plonger puis recommencer… et nous attaquons donc par une boisson chaude et quelques tartines avant de nous préparer à découvrir un autre aspect du site de Sabayor Kecil, matérialisé par quelques secs disposés par trente mètres de profondeur un peu à l’écart de l’île.

Comme la veille nous embarquons sur l’annexe du Tidak Apa Apa qui nous ramène sur le site de plongée de Sabayor Kecil, et cette fois notre synchronisme pour la bascule arrière s’avère quasi parfait. Nous commençons bientôt à descendre d’une quinzaine de mètres le long du même mur que la veille, mais au lieu de le longer à main gauche, nous piquons cette fois en pleine eau en direction du Sud, vers le large.
Au bout de quelques dizaines de mètres de palmage dans le bleu, les formes indistinctes des 3 pinacles commencent à apparaître en dessous de nous, et nous avons tôt fait de piquer dessus en descendant la petite dizaine de mètres qui nous séparent de leurs sommets.
Ici domine la couleur orange, matérialisée par les immenses gorgones et autres coraux mous, tranchant sur le bleu, intense à cette profondeur, qui leur sert de toile de fond et rehausse encore leur luminosité. Comme disait Van Gogh, « il n’y a pas de bleu sans orange »…

Plongée à Komodo : Gorgone et comatules à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Gorgone et comatules à Sabayor Kecil

Nous nous attardons de longues minutes en explorant les environs avec attention, dénichant quelques juvéniles de vivaneaux minuit (Macolor macularis) dont la livrée noire et blanche n’a encore une fois rien à voir avec celle qu’ils arboreront une fois devenus adultes.

Plongée à Komodo : Vivaneau minuit juvénile (Macolor macularis) à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Vivaneau minuit juvénile (Macolor macularis) à Sabayor Kecil

Plus loin les couleurs changent du tout au tout, et c’est cette fois une étrange anémone qui attire mon regard. Elle est d’un vert presque fluorescent, un peu comme si on l’avait illuminée de l’intérieur, ce qui ne semble pas déranger outre mesure le petit poisson clown à collier (Amphiprion perideraion) qui a décidé d’y élire domicile.

Plongée à Komodo : Poisson clown à collier (Amphiprion perideraion) à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Poisson clown à collier (Amphiprion perideraion) à Sabayor Kecil

Et bientôt nouveau décor et nouvelles couleurs, avec cette fois un univers à la Barbie, ou les éponges tubulaires roses servent de décor à un petit poisson-scorpion feuille (Taenianotus triacanthus) tout blanc qui y trône comme une princesse dans son palais.

Plongée à Komodo : Poisson scorpion feuille (Taenianotus triacanthus) à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Poisson scorpion feuille (Taenianotus triacanthus) à Sabayor Kecil

Mais les réserves d’air s’épuisent vite à cette profondeur, et nous regagnons bientôt les quinze mètres avant d’effectuer en sens inverse dans le bleu  la traversée qui nous sépare de notre point d’immersion initial. Comme la veille, nous longerons alors à nouveau le petit mur, mais cette fois à bien plus faible profondeur, afin de gagner le plateau où nous terminerons notre plongée en décompressant lentement tout en déambulant au milieu de ce magnifique jardin de corail pour y vider nos blocs jusqu’à la dernière goulée…

Premières impressions plus que positives donc pour ces premières plongées à Komodo. Une prise de contact tout en douceur avec l’endroit grâce à un courant inexistant, et des paysages sous-marins à la hauteur de leur réputation, dans une eau translucide où le regard porte loin, lorsqu’il n’est pas attiré par les couleurs chatoyantes d’un nuage d’anthias ou par la touche lumineuse d’un quelconque corail…

Plongée à Komodo : Corail acropora à Sabayor Kecil

Plongée à Komodo : Corail acropora à Sabayor Kecil

  1. Pour ceux qui comme moi ne parlent pas Indonésien couramment, on s’y retrouve en fait assez vite. La dénomination est assez simple: « Kecil » signifie Petit et « Besar » signifie Grand. La plupart des îles ici à Komodo se déclinent donc en deux versions selon leur taille, une « Besar » et juste à proximité, une « Kecil ». Sabayor ne déroge pas à la règle avec Sabayor Besar et Sabayor Kecil

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux

Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j’ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.


Ma plus belle plongée ? J’espère la prochaine…


Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1