Votre mot de passe vous sera envoyé.

Aujourd’hui nous prenons déjà le chemin du retour, naviguant vers Labuan Bajo afin de permettre au Tidak Apa Apa de se ravitailler, et marquant ainsi la fin de cette première partie de croisière plongée sous-marine à Komodo 1. Mais avant de quitter la région Nord du parc, il nous reste plusieurs belles plongées à effectuer en cours de route, la première d’entre elles du côté de Sabolon Kecil

Pour notre première plongée de la journée, nous avons à l’unanimité décidé de retourner du côté de Castle Rock, où nous avions effectué la veille une magnifique plongée en compagnie des requins (lire le post ICI). Sitôt remontés à bord, nous nous jetons voracement sur le petit déjeuner, tandis que le Tidak Apa Apa appareille et met le cap à l’Est, vers l’île de Flores où se trouve Labuan Bajo son port d’attache. Pour la première fois depuis notre départ, nous nous retrouvons en pleine mer, avec un horizon vierge de toute terre. La région de Komodo présente en effet une telle densité d’îles de toutes tailles, que la navigation s’y apparente le plus souvent à un slalom… Mais cette fois nous tirons une longue ligne droite de près de 30 kilomètres, et ce n’est qu’aux environs de 13 heures que nous atteignons les deux sœurs Sabolon, Sabolon Kecil et Sabolon Besar, posées gentiment au milieu de la mer de Flores.

Plongée à Komodo : Paysage de surface de Sabolon Kecil

Plongée à Komodo : Paysage de surface de Sabolon Kecil

Notre objectif se situe au beau milieu des Sabolon, et prend la forme de deux monticules recouverts de gorgones dans lesquelles on rencontre parfois les hippocampes pygmées que nous n’avons toujours pas eu la chance d’apercevoir depuis le début de cette croisière à Komodo. Mais la rencontre se mérite puisque ces monticules reposent par trente cinq mètres de fond et culminent à vingt deux mètres pour le plus élevé. Autant dire que nous n’aurons pas le droit à l’erreur dans notre exploration des gorgones puisque nous plongeons sans pallier de décompression, ce qui ne nous autorise qu’une petite dizaine de minutes à 30-35 mètres pour trouver la bonne gorgone et prendre à tour de rôle nos photos…

Nous nous immergeons au dessus du récif de Sabolon Kecil, puis nous gagnons rapidement la plaine sableuse et nageons en direction du centre du chenal. La profondeur augmente régulièrement au fur et à mesure de notre progression, et nous nous stabilisons vers 22-25 mètres, histoire de ne pas brûler trop vite nos cartouches…
Les monticules apparaissent bientôt, de tailles totalement disparates puisque l’un est minuscule alors que l’autre prend la forme d’une grosse colline. Nous nous dirigeons vers ce dernier et commençons à en explorer les flancs, fouillant chaque gorgone à la recherche des minuscules hippocampes.

Nous évoluons dans un paysage très coloré, ponctué des nuances de rouge, d’orange ou de rose, que jettent alentour coraux, gorgones, et autres éponges barriques, devant lesquels glisse parfois l’ombre d’une idole des maures (Zanclus cornutus)…

Plongée à Komodo : Idole des maures (Zanclus cornutus) à Sabolon Kecil

Plongée à Komodo : Idole des maures (Zanclus cornutus) à Sabolon Kecil

Comme souvent c’est l’œil exercé de Ludo, notre guide, qui les repère le premier, aux alentours de trente deux mètres de profondeur, après plusieurs longues minutes de recherches infructueuses. Il faut dire qu’avec une taille ne dépassant pas 1,2 cm (pour les plus grands) et un mimétisme quasi parfait avec leur hôte, il ne sont pas faciles à dénicher, et ce n’est pas pour rien que ces hippocampes pygmées n’ont été découverts somme toute que très récemment (au début des années 1970).
Celui que nous avons sous les yeux fait justement partie de la première espèce de pygmées à avoir été découverte : Hippocampus bargibanti. Sa couleur blanche et rose, ainsi que les petites boursouflures qui le recouvrent,  imitent parfaitement la couleur et la texture des branches de la gorgone sur laquelle il se tient accroché par la queue.

Je reste quelques dizaines de secondes à tenter de lui tirer le portait, mais l’animal est timide et refuse obstinément de prendre la pose, préférant me tourner le dos. Les hippocampes pygmées sont particulièrement sensibles à la lumière qui constitue pour eux un important facteur de stress, et même avec la puissance du flash réglée au minimum, j’imagine qu’il n’apprécie guère ce rôle de top model improvisé. Je n’insiste donc pas, et me contenterai de ces quelques clichés pris à la va-vite, d’autant qu’à mon poignet mon ordi commence à se rappeler à mon bon souvenir… Plus que deux minutes avant de passer en mode déco, et il nous reste encore tout le trajet retour à effectuer…

C’est donc avec regret que nous prenons le chemin du retour, regagnant la plaine sableuse sur laquelle s’est établie une colonie d’anguilles jardinières.
Après quelques minutes la profondeur commence à diminuer, et nous nous retrouvons bientôt dans le récif corallien de Sabolon Kecil. Je grimpe rapidement au delà des dix mètres de profondeur histoire de faire baisser ma saturation en azote, et je poursuis mon exploration du récif aux alentours de 6-8 mètres.

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Sabolon Kecil

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Sabolon Kecil

Comme souvent, je m’attarde un long moment sur les anémones et les divers hôtes qu’elles hébergent.
Ici une crevette commensale (probablement Ancylomenes sarasvati) dont la transparence ne cesse de m’étonner, comme si son corps n’était qu’une immense poche dépourvue de tout organe, laissant même apercevoir la masse confuse des œufs qu’elle porte.

Plongée à Komodo : Crevettel (Ancylomenes sarasvati) à Sabolon Kecil

Plongée à Komodo : Crevettel (Ancylomenes sarasvati) à Sabolon Kecil

Un peu plus loin une étrange anémone à dominante bleue attire mon regard. Par un étrange phénomène de pigmentation, une bonne partie de ses tentacules sont blancs, tandis qu’une autre zone, plus réduite, arbore un marron plutôt foncé. Étrange…
Ses hôtes, une petite famille de poissons-clowns à collier (Amphiprion perideraion) y ont peut-être justement élu domicile pour cette décoration d’intérieur un peu particulières. Comme on dit « Tous les goûts sont dans la nature… »

Plongée à Komodo : Poisson cllown à collier (Amphiprion perideraion) à Sabolon Kecil

Plongée à Komodo : Poisson cllown à collier (Amphiprion perideraion) à Sabolon Kecil

 

Et puis il y a bien sûr tous les habitants traditionnels de ce type de récif tropical: Murène frangée (Gymnothorax fimbriatus) dont seul le museau jaune émerge de son abri (inoffensif, mais toujours impressionnant), poisson-soldat dans son éponge barrique, mais aussi ces petits vers arbre de Noel (Spirobranchus giganteus) tellement nombreux que je finis par ne plus y prêter attention et que je ne les mentionne pas souvent…

La profondeur ayant bien entamé nos réserves d’air, il est bientôt temps de remonter de cette belle plongée sur Sabolon Kecil, qui sans être extraordinaire, mérite tout de même le détour, essentiellement pour ses deux monticules immergés et la faune qu’ils abritent. Après nos plongées mouvementées de ces derniers jours sur Cauldron et le Golden passage, j’avais presque oublié les sensations d’une plongée tranquille, où l’on peut déambuler à son gré dans le récif en prenant le temps d’observer les créatures qui y habitent, et puis c’est toujours un plaisir que de pouvoir observer, même fugacement, les timides hippocampes pygmées.
Aucune condition physique ou compétence particulière requise donc pour effectuer cette plongée sur Sabolon Kecil, mais seuls les plongeurs disposant des prérogatives adéquates (N2 ou Advanced Open Water) pourront accéder aux monticules qui en font tout l’intérêt.

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Sabolon Kecil

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Sabolon Kecil

  1. Pour rappel le détail de cette croisière plongée à Komodo se trouve ICI

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
2 Partages
Partagez2
Tweetez
Enregistrer
+1