Votre mot de passe vous sera envoyé.

Après notre magnifique plongée dans l’aquarium géant de Batu Bolong, nous avons cette fois rendez-vous avec Tatawa Kecil, un petit îlot à la topographie très similaire, lui aussi réputé pour la violence de ses courants et surtout pour son « current split » qui génère souvent de forts courants descendants, hantise de tout plongeur…

Depuis notre mouillage de Siaba Besar où nous avons passé une nuit tranquille (voir ICI le parcours complet de la croisière plongée à Komodo), la petite annexe en alu du Tidak Apa nous conduit vaillamment jusqu’à Tatawa Kecil, distante de quelques trois kilomètres, affrontant tant bien que mal la violence des courants. Elle nous amène à quelques mètres du rocher, et dans une bascule arrière désormais impeccablement synchrone, nous nous immergeons dans l’eau translucide où nous distinguons déjà parfaitement le relief sous-marin qui nous attend, ainsi que les nuages d’anthias qui y tourbillonnent en nuées écarlates…

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin et nuages d'anthias de Tatawa Kecil

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin et nuages d’anthias de Tatawa Kecil

De la même manière qu’à Batu Bolong (lire le post ICI), nous piquons tout droit le long de la pente de Tatawa Kecil avec pour objectif d’atteindre la profondeur d’une trentaine de mètres, puis de remonter en serpentant le long de cette colline immergée en en explorant le moindre recoin…

Tatawa Kecil semble être le territoire des gaterins, et nous en croisons de toutes sortes : gaterin oriental (Plectorhinchus vittatus), gaterin à lignes (Plectorhinchus-lineatus), mais surtout le gaterin géant (Plectorhinchus albovittatus) présent en très grand nombre ici. A la différence des autres sweetlips, celui-ci n’arbore pas une tenue bariolée, mais plutôt d’un gris / noir uniforme, de laquelle se détache nettement sa nageoire dorsale, qui parfois se redresse en arborant un orange des plus vifs, formant comme une sorte de crête qui lui donnerait presque l’air d’un punk issu tout droit des 70s…
La présence de ces gaterins en aussi grand nombre s’explique probablement par l’existence d’une quelconque station de nettoyage où ils viennent régulièrement se faire déparasiter.

Nous remontons désormais la pente de Tatawa Kecil en formant de longs lacets sinueux et en restant le plus possible collés au relief afin d’échapper au courant, faisant volte face lorsque ce dernier devient impraticable, signe que nous abordons une des faces de l’îlot sur laquelle se déverse le split. Comme lors de toutes les plongées à Komodo, l’essentiel de la faune indo-pacifique se trouve représentée à Tatawa Kecil: Platax, poisson-papillon, poisson-soldat, poisson-coffre, chirurgiens, poisson-ange empereur, poisson-ange semirculaire, poisson-ange à six bandes mais aussi des espèces que je ne connaissais pas encore comme le poisson papillon à selle noire (Chaetodon ephippium).

J’en profite pour examiner de près deux espèces que beaucoup de plongeurs confondent souvent, les prenant pour de proches parents : le poisson cocher (ici Heniochus acuminatus) et l’idole des maures (Zanclus cornutus). S’il est vrai que tous les deux arborent des couleurs assez proches, ainsi qu’une nageoire dorsale démesurément allongée qu’ils traînent derrière eux comme un oriflamme, leur morphologie se révèle cependant différente, avec un museau nettement plus allongé et proéminent chez l’idole des maures, systématiquement surmonté d’une petite tâche jaune à orange. Mais comme toujours, il est bien plus facile de jouer au jeu des sept erreurs lorsqu’on a les deux spécimen sous les yeux 🙂

Et à Tatawa Kecil comme à Batu Bolong, difficile de rester concentré tant il faudrait avoir des yeux partout, regardant à la fois dans le bleu pour y voir passer un banc de carangues en chasse, mais également examiner chaque corail fouet pour y dénicher quelque crevette comme ce couple de crevette du corail fouet (Pontonides ankeri) (le mâle est le plus petit des deux) parfaitement dissimulées tant leur apparence est proche des excroissances des polypes du corail sur lequel elles vivent…

Plongée à Komodo : Bandes de carangues et de gaterins en maraude à Tatawa Kecil

Plongée à Komodo : Bandes de carangues et de gaterins en maraude à Tatawa Kecil

Plongée à Komodo : crevette du corail fouet (Pontonides ankeri) à Tatawa Kecil

Plongée à Komodo : crevette du corail fouet (Pontonides ankeri) à Tatawa Kecil

Mais après 50 minutes de cette très agréable plongée, il est déjà l’heure de regagner la surface. Comme d’habitude, je n’ai pas vu le temps passer, et je reste encore plusieurs minutes à quelques mètres à peine de la surface pour effectuer tranquillement un palier de sécurité au milieu des coraux, vidant mon bloc jusqu’à la dernière goutte d’air et prolongeant ainsi au maximum le magnifique spectacle de Tatawa Kecil, regardant par en dessous les vagues qui viennent s’y briser en créant de longues traînées irrégulières d’écume blanchâtre…

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Tatawa Kecil

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Tatawa Kecil

Au final, si les paysages de Tatawa Kecil sont un petit peu moins grandioses qu’à Batu Bolong, le site est également moins fréquenté, si bien qu’il n’est pas rare d’avoir le petit îlot pour soi seul, et de pouvoir y effectuer une très belle plongée, loin de la foule de Batu Bolong, avec parfois de belles rencontres avec des raies manta (Manta Alley ne se trouve pas bien loin d’ici) ou bien encore des requins gris ou à pointe blanche.
Le versant Sud de Tatawa Kecil est également réputé pour abriter, vers 22-25 mètres de profondeur, une petite grotte hébergeant une colonie d’hippocampes pygmées, mais n’ayant pas plongé de ce côté de l’île, je n’ai pas pu le vérifier.
Certes, la violence du courant destine plutôt l’endroit à des plongeurs expérimentés, mais la marée étale, surtout lors des périodes de premier et dernier quartiers de lune, réduit considérablement leur violence et peut permettre à des plongeurs plus novices de s’y aventurer…

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1