Votre mot de passe vous sera envoyé.

Comme d’habitude à Cozumel, le bateau nous largue au dessus du plateau, un peu en retrait du tombant, et viendra nous récupérer au nord, après une plongée en dérive plus ou moins rapide selon la force du courant que nous rencontrerons.

Paso del Cedral se présente sous la forme de trois rubans parallèles de formations coralliennes : La première contient des patates assez espacées, posées sur une dune de sable blanc à faible profondeur (13-15 m environ). La seconde se caractérise par une densité et une largeur plus importantes, et se situe aux alentours des 18-20 mètres. La dernière enfin, tout aussi dense mais un peu moins large, constitue l’arête du tombant et se trouve aux alentours de 25-30 mètres.

Aujourd’hui le courant y est assez faible, ce qui est étonnant pour l’endroit, et nous en profitons pour prendre notre temps et observer la faune caraïbe qui s’exhibe ici dans toute sa richesse multicolore. Les tunnels entre les formations coralliennes offrent des points de vue superbes, surtout quand viennent s’y prélasser en contre jour des bancs entiers de gorettes bleus ou des lutjans d’un blanc quasi translucide.

Tortue imbriquée broyant du corail à Paso del cedral (plongée cozumel)

Tortue imbriquée broyant du corail à Paso del cedral

Plus loin nous croisons une tortue imbriquée, occupée à broyer de son bec puissants des morceaux de corail, sans doute à la recherche d’une anémone ou d’un crustacé pour son repas, sous l’œil attentif d’une cour opportuniste de poissons guettant la moindre miette. Je profite de l’absence de courant pour m’attarder et l’observer sous toutes les coutures, d’autant qu’elle semble parfaitement indifférente à ma présence. C’en serait presque vexant !

Sous un surplomb corallien, je déniche une bande de crustacés, composée d’un énorme king crabe et de trois langoustes. Mon étrange quatuor semble n’avoir rien d’autre à faire que de regarder passer les plongeurs, tout de même un peu inquiets que l’un d’entre nous ait emporté son pot de mayonnaise.

Mérou caché dans une éponge barrique à Paso del Cedral (plongée cozumel)

Mérou caché dans une éponge barrique à Paso del cedral

Le site regorge également d’étranges poissons crapauds, mais il faut un œil attentif et une approche discrète pour voir de près leur drôle de barbe bleue.

Et juste avant d’entamer la remontée, je rencontre le couple le plus improbable qui soit. Posés sur le sable, protégés par un surplomb corallien, une grosse murène verte édentée (elle n’a plus qu’une incisive) d’au moins 2 mètres de long s’abrite aux cotés d’un requin nourrice non moins gros. Devinez qui est le plus agressif des deux ? Une fois revenus à la surface Marina m’expliquera que ces deux là sont inséparables, et qu’elle les croise assez régulièrement ensemble lors de ses plongées. J’essaye d’imaginer quelle complémentarité naturelle peut les pousser à une telle association, mais n’en trouvant aucune, je me dis que les lois de l’attirance sont décidément bien étranges, y compris au cœur des océans…

Requin nourrice et murène verte cohabitant sous le même abri à Paso del cedral (plongée cozumel)

Requin nourrice et murène verte cohabitant sous le même abri à Paso del cedral

Depuis quelques minutes la mer s’illumine par instant, comme prise pour cible par le flash puissant d’un quelconque photographe devenu fou, et en effectuant mon palier, je m’aperçois que la surface est criblée de milliards de gouttes d’eau qui se précipitent du haut du ciel pour venir la transpercer. On dirait bien qu’il y a un sacré orage au dehors, ce dont nous nous moquons éperdument de là où nous sommes.

Je termine donc tranquillement cette plongée à Paso del Cedral avec mes trois minutes règlementaires de palier, en profitant pleinement du spectacle finalement assez rare qui consiste à observer un orage tropical depuis le dessous de la mer….

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1