Votre mot de passe vous sera envoyé.

A peine avons nous sauté du bateau que le courant nous emporte. La réputation de Punta Tunich dans ce domaine n’est donc pas usurpée…
Tout en entamant une dérive assez rapide et nous orientant vers le tombant, nous descendons vers le fond situé aux alentours de 18 mètres de profondeur.

A Punta Tunich le plateau sableux se termine assez brusquement, presque au niveau de l’arête du mur, dont il n’est séparé que par des formations coralliennes de faible densité, du moins par comparaison avec d’autres sites de Cozumel.

Je commence décidément à prendre goût à ces plongées dérivantes, si perturbantes au début, et pourtant si agréables lorsqu’on décide de lâcher prise et que l’on accepte de s’abandonner au courant. Par contre inutile d’essayer de faire des photos : La vitesse est telle que le temps de faire la mise au point, et voilà le sujet déjà loin derrière… Heureusement les formations coralliennes offrent des abris qui permettent de s’arrêter un instant pour observer la richesse de la faune et prendre quelques clichés. Pour les animaux de plus grande taille, il faudra se contenter de les saisir au vol…

Langouste à Punta Tunich (plongée cozumel)

Langouste à Punta Tunich

Les couleurs du récif sont chatoyantes puisqu’à la diversité des coraux et autres gorgones vient s’ajouter les innombrables éponges encroutantes à la palette infinie.

Sur le bord du tombant de Punta Tunich je croise une grosse tortue imbriquée, visiblement occupée à broyer du corail à la recherche de quelque anémone ou crustacé, entourée par une cour de poissons attentifs au moindre de ses gestes, et guettant avidement les éventuelles parcelles de nourriture que son activité pourrait mettre à jour. Je me retourne pour l’observer un instant, palmant à contre-courant pour tenir un surplace forcé, bien conscient que cet effort de palmage augmente ma consommation d’air, risquant de diminuer d’autant la durée de mon immersion. Mais au vu de la première plongée du matin, je ne suis pas le plus gros consommateur d’air de la palanquée, et j’ai vite calculé que je pouvais me permettre ces petites fantaisies sans pour autant être le premier à vider mon 12 litres.

Barracuda à l’affut sur le fond à Punta Tunich (plongée cozumel)

Barracuda à l’affut sur le fond à Punta Tunich

Plus loin c’est au tour d’un barracuda rayé de nous observer. Sa livrée de prédateur le rend pratiquement indétectable tant il se fond bien dans le paysage. Sa longue silhouette effilée, terminée par une queue haute et puissante, indique un animal parfaitement taillé pour la vitesse et la poursuite. Son accélération doit être fulgurante lorsqu’il décide de se mettre en chasse, et sa longue mâchoire inférieure ne laisse aucun doute sur ses intentions carnassières. Je n’aimerais vraiment pas être un petit poisson croisant sa route lorsqu’il a le ventre vide… Pour le moment, posé à quelques centimètres du fond sableux, il reste immobile, aussi intéressé par mon passage rapide qu’une vache qui regarde passer un train…

Mais mon ordinateur m’indique bientôt, assez bizarrement d’ailleurs, qu’il ne me reste plus que 4 minutes à cette profondeur avant de devoir faire un palier de décompression. Je décide de lui faire confiance, et remonte donc un peu pour poursuivre la plongée dans la zone des 10 mètres. Cette nouvelle profondeur accroit encore la sensation de vol, et me donne une perspective radicalement différente, mais tout aussi magnifique, du récif de Punta Tunich, avec ses grosses patates de corail nettement séparées par des langues de sable d’un blanc étincelant, et à main gauche le bleu plus profond qui indique la présence du tombant.

Après le traditionnel palier de 3 minutes, nous regagnons la surface où le bateau, probablement occupé à récupérer les autres palanquées, nous fera attendre 10 bonnes minutes avant de venir nous chercher. Mais l’orage qui gronde au loin sur la péninsule du Yucatan, et les nombreux éclairs qui zèbrent l’horizon, nous offrent un spectacle qui contribue à faire agréablement passer le temps.

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1