Votre mot de passe vous sera envoyé.

Seafan forest… Aujourd’hui guère de suspense: avec un nom pareil, on sait à quoi s’attendre, et il est d’ores et déjà acquis que l’on va croiser de la gorgone ! Mais il parait que Seafan forest réserve aussi parfois quelques belles surprises, avec le passage de quelques raies aigles, voire même, pour les plus chanceux, de requins-baleines…

Autour de nous la mer d’Andaman étale son immensité déserte, et rien n’indique la présence sous nos pieds de Seafan forest… rien, sauf peut-être un petit clapot légèrement plus prononcé à l’endroit où la houle vient se briser, à quelques mètres à peine en dessous-de la surface.
En effet Seafan forest est une de ces petites montagnes sous-marines qui s’élève depuis le plancher océanique pour partir à l’assaut de la surface, voyant ses parois colonisées par une foule d’animaux sessiles, coraux, et autres éponges, formant comme une oasis qui agit à son tour comme un aimant pour attirer poissons, tortues ou autres acteurs de la faune marine mobile.
Ne dérogeant pas à la règle, Seafan Forest se présente sous la forme d’un gros rocher de forme plutôt arrondie, partant d’une trentaine de mètres de profondeur pour s’élever jusqu’à sept mètres de la surface, avec une petite crête qui le prolonge encore de quelques mètres pour l’amener à cinq mètres de la surface, ce qui se révèle extrêmement pratique pour effectuer ses paliers sans être emporté par le courant

Plongée au Myanmar : Plan de plongée de Seafan forest dans l'archipel Mergui

Plongée au Myanmar : Plan de plongée de Seafan forest dans l’archipel Mergui

Le MV Thai Sea nous dépose un peu en aval du pinnacle, histoire que le courant nous ramène pile dessus le temps que prendra notre descente dans le bleu. Ce dernier pouvant parfois se montrer violent dans les parages, nous avons opté pour une entrée négative, et à peine avons nous touché l’eau que nous basculons en avant pour aussitôt piquer en direction du fond. Nous nous laissons ainsi glisser jusqu’à 32 mètres de profondeur, nous arrêtant juste au-dessus de la plaine sableuse sur laquelle se trouvent effectivement éparpillées de nombreuses gorgones dont l’éventail parfaitement déployé colore le paysage de leur inimitable couleur orange et jaune, contrastant parfaitement avec le bleu de la mer d’Andaman. Comme à chaque fois je ne peux m’empêcher de penser à la phrase de Vincent Van Gogh « Il n’y a pas de bleu sans orange ni jaune… »

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

Pourtant la distance avec la surface est telle que la lumière ne pénètre ici qu’avec parcimonie, la plupart des couleurs du spectre ayant été abandonnées en cours de route (le rouge vers 5 m, puis le orange vers 10 m, le jaune vers 18 m etc.) si bien que les gorgones n’apparaissent tout d’abord que comme des masses foncées et indistinctes, baignant dans une lueur bleue-verdâtre (les seules couleurs encore présentes naturellement à ces profondeurs), et qu’il faut toute la lumière de nos torches pour restaurer leur éclat naturel et raviver leurs magnifiques couleurs d’origine…

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

C’est par conséquent dans une étrange foret que nous évoluons, où les premiers plans, ceux qui sont éclairés, transforment le paysage de leur éclat orange et ocre, tandis que les gorgones en arrière plan n’apparaissent que comme de vagues formes sombres et indistinctes se découpant sur un fond de mer bleue…

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

Nous avons démarré notre exploration de Seafan forest par son côté Est, là où la densité de gorgones se trouve la plus importante, et nous progressons désormais en direction de l’Ouest, laissant le gros rocher à main droite. Au milieu de la plaine sableuse trônent parfois de gros casiers à poissons de forme cubique, fabriqués à partir de montants en bambous sur lesquels on a tiré un solide grillage. De taille conséquente puisqu’ils mesurent bien dans les 3 mètres de côté, ils constituent un piège mortel pour les poissons, leur permettant d’y pénétrer par une ouverture conique qui va en se rétrécissant à la manière d’un entonnoir dont ils sont bien incapables de retrouver l’issue une fois entrés dans cet énorme cube. Justement un petit groupe d’une quinzaine d’idoles des maures (Zanclus cornutus) s’y est laissé piégé aujourd’hui, et avec Sophie, notre guide, je me précipite pour leur ouvrir la trappe latérale synonyme de liberté, contournant ensuite la nasse pour faire fuser notre octopus et ainsi les faire fuir par l’ouverture opposée. Au moins ceux-là sont sauf … du moins pour aujourd’hui…

De ce côté du rocher les parois se font plus verticales, peuplées de murènes et de rascasses volantes (Pterois miles), ces dernières évoluant au milieu des gorgones dont elles parviennent presque à imiter la couleur dans le délicat clair obscur de ce tombant…

Plongée au Myanmar: Rascasse volante dans une gorgone à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Rascasse volante dans une gorgone à Seafan forest

Les poissons-scorpions adoptent quant-à eux une toute autre approche, puisqu’ils préfèrent en effet utiliser la délicate structure des gorgones comme un hamac dans lequel ils peuvent se prélasser, ne dormant probablement que d’un œil au cas où une proie inconsciente daignerait passer à leur portée…

Plongée au Myanmar: Poisson-scorpion dans une gorgone à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Poisson-scorpion dans une gorgone à Seafan forest

Mais nos ordinateurs de plongées indiquent que nous sommes désormais proche de la zone de décompression, et nous commençons donc à remonter lentement, poursuivant notre exploration de Seafan forest dont nous avons désormais gagné le côté Ouest.
Ici les gorgones se font plus rares, et la paroi, moins abrupte, remonte vers la surface en se parant surtout de coraux mous, des alcyonaires aux dominantes de rouge et de pourpre, au milieu desquels viennent trancher des champs entiers de gros oursins diadème noirs. Attention à ne pas passer trop près, leurs piques cassent comme du verre et s’enfoncent facilement sous la peau…

Plongée au Myanmar: Coraux mous à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Coraux mous à Seafan forest

Arrivé au sommet du dôme de Seafan forest, une étrange forme bleue attire mon attention au milieu des alcyonaires pourpres. Je m’en approche aussitôt pour me retrouver face à un membre de la famille des poissons- scorpion, probablement un faux poisson-pierre (Scorpaenopsis diabolus) si j’en juge par la bosse qu’il présente sur le dos, mais je n’en avais encore jamais croisé d’aussi bariolé, ni surtout arborant une telle couleur bleue… Pour un peu on le croirait tout droit sorti du film Avatar

Plongée au Myanmar: Étrange faux poisson-pierre (Scorpaenopsis diabolus) bleu à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Étrange faux poisson-pierre (Scorpaenopsis diabolus) bleu à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Étrange faux poisson-pierre (Scorpaenopsis diabolus) bleu à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Étrange faux poisson-pierre (Scorpaenopsis diabolus) bleu à Seafan forest

Mais les 15 premières minutes passées à un peu plus de trente mètres de profondeur ont passablement mis à mal nos réserves d’air, et il est désormais temps de rentrer. Comme prévu l’arête située sur le dôme de Seafan forest, tout juste à 5 mètres de profondeur, constitue l’endroit idéal pour un palier de sécu, et j’ai tôt fait de m’y installer au bout de mon crochet, prenant bien garde de ne pas abîmer le corail. J’y reste ainsi à flotter dans le bleu au milieu du courant, passant mes trois minutes réglementaires à observer les allées et venues des habitants des lieux, avant de me décrocher pour me laisser enfin emporter par le courant avant que le MV Thai sea ne vienne me récupérer un peu plus loin à la surface.

Très belle plongée donc que Seafan forest, même en l’absence de mantas, raies aigles ou autres requins-baleines, tant les énormes gorgones colorées constituent à elles seules un somptueux spectacle. Avec Black rock et Shark cave, il s’agit sans conteste pour moi d’un des plus beaux sites de cette croisière-plongée au Myanmar.

Attention toutefois, ce site de plongée reste réservé à des plongeurs aguerris, à la fois en raison de sa profondeur (les plus belles gorgones se trouvent au delà de 30 mètres), mais aussi du courant qui peut parfois se montrer puissant en un lieu si exposé, et qui oblige la plupart du temps à y effectuer des immersions négatives. Les plongeurs ne possédant pas les prérogatives requises pourront toutefois se consoler avec l’exploration du sommet du dôme de Seafan forest, mais la plongée perd alors quand même pas mal de son intérêt…

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

Plongée au Myanmar: Paysage de gorgones à Seafan forest

 

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des
Partagez23
Tweetez
Enregistrer
23 Partages