Votre mot de passe vous sera envoyé.

Après Heidie’s point et ses poissons-fantômes, ma seconde plongée à Anilao m’entraîne cette fois un peu plus au Nord de la péninsule de Maricaban, du côté de Arthur’s Rock dont le tombant regorge parait-il d’antennaires, ce curieux poisson aux nageoires comme des pattes, que les anglos-saxons appellent le « Frogfish »…

Pas encore tout à fait sec de ma première plongée de la journée à Heidie’s point (lire l’article ICI), j’ai tout juste le temps d’avaler un thé et quelques biscuits avant d’embarquer à nouveau sur la bangka du Buceo Anilao Resort, direction le Nord et le tombant d’Arthur’s Rock, où j’espère bien rencontrer le curieux antennaire.

Nous basculons en arrière entre les balanciers de notre bangka, juste au dessus du plateau situé à cinq ou six mètres, puis nous palmons jusqu’à son rebord et piquons immédiatement vers le fond, gagnant rapidement une quinzaine de mètres de profondeur. Ici la topographie des lieux s’apparente à un petit tombant ne dépassant pas une vingtaine de mètres, parfois entrecoupé de pentes sableuses relativement abruptes, et nous commençons à le longer à main droite. Le site regorge de coraux mous ou durs, avec parfois une énorme éponge-barrique trônant au milieu du paysage.

Plongée à Anilao aux Philippines: Éponge barrique à Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Éponge barrique à Arthur’s rock

Cet écosystème abrite bien évidemment tout un tas de petites bestioles, plus étranges et magnifiques les unes que les autres, et c’est ainsi une succession de crevettes, de nudibranches ou autres crabes aux formes ou aux comportements étonnants.
On y trouve ainsi la petite crevette des comatules (Laomenes amboinensis) ou encore la crevette queue de paon (Periclimenes brevicarpis), assez classique dans les mers de la région Indo-Pacifique, mais que je croise toujours avec autant de plaisir. Quant-aux crabes, j’aurais pu probablement passer plus de cent fois devant eux sans les remarquer tant leur mimétisme approche la perfection, mais heureusement mon guide a un œil acéré. Il s’agit en effet d’un petit crabe-araignée d’un à deux centimètres, Hoplophrys oatesii,  qui fait partie des crabes décorateurs. En effet, vivant exclusivement parmi les coraux alcyonaires, il a pour habitude d’en prélever quelques boutures pour les coller sur sa carapace, ce qui le rend pratiquement indétectable, même en y regardant de près (voir photo de profil et photo de trois quarts où l’on peut y distinguer son petit œil rouge).

La tribu des nudibranches d’Arthur’s rock comprend de nombreux représentants parmi lesquels Chromodoris Willani et reticullidia Halgerda, que je n’avais encore jamais rencontrés, mais il y a aussi plusieurs espèces de nembrotha, avec notamment Nembrotha kubaryana et ses belles couleurs noires et vertes, sur lesquelles tranche le orange vif des rhinophores, mais surtout Nembrotha purpureolineata que je surprends en pleine reproduction. En effet, ces gastéropodes sont hermaphrodites et se reproduisent par voie sexuée. Leur orifice génital étant situé sur le côté droit, presque au niveau de la tête, ils doivent donc se positionner tête-bêche pour procéder à l’accouplement. Ces orifices génitaux entrent alors en contact, permettant l’échange mutuel des gamètes, et fécondant ainsi simultanément les deux individus.

Plongée à Anilao aux Philippines: Reproduction de nudibranches (Nembrotha purpureolineata) à Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Reproduction de nudibranches (Nembrotha purpureolineata) à Arthur’s rock

Je continue à déambuler le long du tombant d’Arthur’s rock, le plus souvent à sa base, là où démarre la plaine sableuse, ce qui me permet d’aller de temps à autre jeter un coup d’œil vers le large, sur un corail ou une gorgone isolés. Sur le coralligène se tiennent de nombreux petits arbres de noël (Spirobranchus giganteus). Une fois de plus, en voyant ainsi ce gracieux cône plumeux déployé dans le courant, il est difficile de s’imaginer qu’il s’agit d’un animal, qui plus est d’une espèce de ver tubicole, disparaissant dans son abri à la moindre alerte, qu’il s’agisse d’une ombre ou d’un courant suspect, le plus ténu soit-il…

Plongée à Anilao aux Philippines: Ver arbre de Noel (Spirobranchus giganteus) à Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Ver arbre de Noel (Spirobranchus giganteus) à Arthur’s rock

Le tombant de Arthur’s rock héberge également de nombreuses autres espèces, murènes léopards (Gymnothorax favagineus), murènes ruban (Rhinomuraena quaesita), ou encore ce gros poulpe marron que je reste à observer pendant de longues minutes…

Plongée à Anilao aux Philippines: Poulpe sur le tombant de Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Poulpe sur le tombant de Arthur’s rock

Mais et les antennaires dans tout ça ?
Je fini par les dénicher à peu près à mi plongée, avec un gros antennaire géant (Antennarius commerson) perché entre deux éponges le long du tombant. Comme à leur habitude, ces étranges poissons se servent de leurs nageoires pectorales, un peu en forme de main palmée, pour se tenir posés sur le support qu’ils ont choisi. C’est probablement cette position, rappelant vaguement celle d’un batracien, qui leur vaut leur surnom de poisson-crapaud.
Avec une telle anatomie, l’antennaire est évidemment un piètre nageur, mais il a su développer d’autres stratégies pour se nourrir, préférant la pêche plutôt que la chasse. Pour cela il dispose d’une véritable canne à pêche, puisque le premier rayon épineux de sa dorsale, situé juste au-dessus de sa bouche, a évolué en une sorte de tige (appelée illicium) muni d’un filament et terminée par une petite boule en forme d’appât. Il lui suffit de l’agiter pour attirer ses proies, puis d’ouvrir tout grand sa bouche pour les gober. Impressionnant !

 

Plongée à Anilao aux Philippines: Antennaire géant (Antennarius commerson) à Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Antennaire géant (Antennarius commerson) à Arthur’s rock

Une autre des particularités de l’antennaire est qu’il produit parfois d’énormes bâillements. Les scientifiques n’ont pas d’explication certaine à cet étrange comportement, mais le plus probable reste qu’il s’agirait d’un exercice destiné à réaligner les mâchoires, certainement pour se préparer à une nouvelle attaque. Ce comportement constitue un peu le Graal de tout photographe sous-marin, mais malheureusement on peut parfois passer une plongée entière sans que le bestiau ne daigne ouvrir la bouche ! Lorsqu’il le fait, le résultat se révèle plutôt impressionnant et l’on peut apercevoir jusqu’au début de son œsophage…
Cette fois à Arthur’s rock ma patience aura payé, puisqu’il ne m’aura fallu attendre que quelques petites minutes pour capturer cette impressionnante image…

Plongée à Anilao aux Philippines: Antennaire géant (Antennarius commerson) à Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Antennaire géant (Antennarius commerson) à Arthur’s rock

Cette rencontre avec les antennaires marque à peu près le milieu de ma plongée sur Arthur’s rock, puisque l’aiguille de mon manomètre m’indique qu’il ne me reste déjà plus que 100 bars dans mon bloc, et qu’il est par conséquent grand temps de rebrousser chemin. Je repars donc en sens inverse, laissant cette fois le tombant à main gauche, et prenant un peu de hauteur pour remonter vers dix mètres de profondeur, histoire de changer un peu de décor pour le retour.

C’est donc au bout de soixante neuf minutes que je regagne la surface où nous attend sagement notre bangka, ravi de cette belle plongée à Arthur’s rock, marquée par cette rencontre avec les étonnants poissons-crapauds. Je suis même tellement emballé que quelques jours plus tard je reviendrai plonger ici, retrouvant exactement les mêmes anténnaires à peu près au même endroit du tombant, mais cette fois sans qu’ils daignent me gratifier du moindre mouvement de bouche.

Un poisson bien capricieux donc, mais totalement passionnant et réservant bien des surprises, et si vous aussi vous souhaitez le rencontrer, peut-être même apercevoir son impressionnant bâillement, n’hésitez pas à venir faire un tour du côté d’Arthur’s rock, d’autant qu’il s’agit d’une plongée vraiment facile, praticable par les plongeurs de tout niveau.

Plongée à Anilao aux Philippines: Éponge barrique à Arthur's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Éponge barrique à Arthur’s rock

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1