Votre mot de passe vous sera envoyé.

Pour cette seconde journée de plongée à Anilao, je vais traverser le détroit de Maricaban et partir à la découverte des nombreux sites qui se trouvent répartis le long de la grande île de Maricaban et des îles plus modestes qui la jouxtent. Le premier de ces sites de plongée se nomme Kirby’s rock

Comme la veille, il n’est guère plus de huit heures du matin lorsque j’embarque sur la bangka, le traditionnel bateau philippin à balanciers, qui doit acheminer notre palanquée sur Kirby’s rock. Mais cette fois nous ne nous contentons pas de longer la cote de la péninsule, et prenons immédiatement la direction du large pour nous rendre de l’autre côté du  détroit de Maricaban. La navigation s’en ressent, et nous affrontons une mer déjà bien formée, notre embarcation retombant lourdement derrière chaque vague dont les embruns ont tôt fait de nous tremper des pieds à la tête. Le magnifique ciré digne d’un marin breton dont notre pilote est affublé aurait pourtant dû me mettre la puce à l’oreille avant le départ… Il faut dire que c’est également l’hiver aux Philippines, et qu’en ce mois de janvier le vent souffle fort, avec des températures ressenties qui ne dépassent pas les dix degrés, pour une eau aux alentours des 24-26 degrés…
La traversée dure ainsi une bonne vingtaine de minutes, avant que notre bangka ne vienne s’amarrer presque à la pointe Nord de Caban Island, une petite île droite comme un « i », mesurant 2 km de long pour seulement 300 m de large, qui se dresse à l’extrémité Ouest de Maricaban.

Nous basculons bientôt dans une eau limpide (la visibilité est facilement de 15-20 mètres), le long du vertigineux tombant qui prolonge sous la surface la falaise de Caban Island. Protégés par cette dernière, nous ne rencontrons qu’un courant plutôt modéré, et piquons rapidement vers les profondeurs.

Plongée à Anilao aux Philippines: Plongeur sur le tombant de Kirby's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Plongeur sur le tombant de Kirby’s rock

Nous y trouvons bientôt le fameux Kirby’s rock, un gros rocher à la forme indéfinie dont le sommet culmine à 18 mètres, et la base à près de 25. Il parait comme posé en équilibre sur une pente sableuse qui semble vouloir l’entraîner vers les abysses, et à son endroit le plus éloigné, la base doit bien atteindre les 40 mètres de profondeur.

Nous explorons le plateau sommital de Kirby’s rock, vers 20 mètres de profondeur. L’endroit regorge de gorgones et de coraux, et c’est là, sur un corail noir, que je distingue une minuscule crevette-dragon (Miropandalus hardingi), une petite merveille d’à peine deux centimètres qui ressemble véritablement à un dragon miniature, surtout de profil. En effet les excroissances qui parcourent sa dorsale imitent parfaitement la crête de piquants acérés que l’on trouve sur la colonne vertébrale de tout dragon qui se respecte… Idem en ce qui concerne son rostre plutôt court, un peu en forme de gueule de dragon. Je ne connaissais pas encore cette espèce, mais je la trouve de toute beauté, et reste admiratif de ses talents de camouflage qui la rendent pratiquement indétectable au milieu du corail sur lequel elle se tient
On est décidément une nouvelle fois bien loin de l’archétype de la crevette que l’on trouve sur l’étal des poissonniers, et cette famille de crustacés ne cesse décidément de m’étonner avec des formes et des couleurs dont la palette semble infinie…

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette dragon (Miropandalus hardingi) à Kirby's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette dragon (Miropandalus hardingi) à Kirby’s rock

D’autres espèces de crevette ont apparemment élu domicile à Kirby’s rock, et chaque corail noir ou corail fouet semble héberger sa petite crevette commensale, telle Pontonides unciger ou Dasycaris zanzibarica… Difficile parfois de différencier ces deux là, si ce n’est que l’une semble un peu plus bossue que l’autre…

Mais Kirby’s rock abrite également de nombreuses espèces de nudibranches, essentiellement des chromodoris, parmi lesquels différentes espèces que je n’avais encore jamais vues. On qualifie souvent Anilao de capitale mondiale du nudibranche, et je commence vraiment à en comprendre les raisons, avec déjà près d’une dizaine de nouvelles espèces croisées en à peine 5 plongées !
Il y a d’abord Chromodoris annae, au manteau bleu azur parcouru de fines rayures noires souvent discontinues, et surmonté de rhinophores et d’un panache branchial orange clair, de teinte identique au liseré margé de blanc qui ourle le pourtour de ce manteau. Chromodoris elisabethina lui ressemble fortement, mais ici les rayures noires sont plus régulières, quasi parallèles, et l’ourlet orange du manteau, plus large, s’étend jusqu’à sa bordure. Pas toujours facile de les distinguer…
Moins de confusion possible en revanche avec Chromodoris dianae, dont le manteau à dominante blanc, plissé en frou frou sur les bords, se pare de lignes noires discontinues, et surtout d’une tache noire située juste entre les deux rhinophores, ces derniers étant souvent blancs à la base pour se terminer en orange à la pointe. Idem pour le panache branchial.
Quant-à Chromodoris reticulata, si son apparence n’a rien d’extraordinaire, il est surtout connu pour avoir bénéficié en 2013 d’une surexposition médiatique éphémère, après que des scientifiques japonais eussent découvert qu’il disposait d’un pénis à usage unique, dont il se débarrassait à l’issue de l’acte sexuel…(je vous rassure, ça repousse ! pour plus de détails, je vous invite à lire l’article du National geographic). Pratique le pénis jetable !

Plongée à Anilao aux Philippines: Nudibranche (Chromodoris reticulata) à Kirby's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Nudibranche (Chromodoris reticulata) à Kyrby’s rock

Je poursuis ainsi ma visite de Kirby’s rock, vraiment riche en couleurs et d’une visibilité incroyable, avant de regagner le tombant de Caban Island et de commencer à prendre la direction de la surface, explorant en lacet ce mur où le moindre millimètre semble avoir été colonisé par un animal sessile.

Plongée à Anilao aux Philippines: Paysage du tombant de Kirby's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Paysage du tombant de Kirby’s rock

Et parmi les habitants de ce tombant, les grandes synascidies urnes (Didemnum molle) me paraissent ici d’une taille démesurée, à tel point que l’on peut sans problème y jeter un coup d’œil à l’intérieur, et ainsi discerner le délicat réseau de canaux reliant les zoïdes, formant un bien étrange tableau…

Plongée à Anilao aux Philippines: Détail d'une synascidie urne (Didemnum molle) à Kirby's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Détail d’une synascidie urne (Didemnum molle) à Kirby’s rock

Mais déjà l’ombre de la bangka se découpe dans le soleil au-dessus de ma tête. La surface n’est plus très loin…
C’est avec le regret de n’avoir pas exploré plus profondément Kirby’s rock que je remonte sur le bateau tant son plateau sommital m’a fait entrevoir un site richement coloré, et d’une grande diversité au niveau de la faune, dont cette minuscule crevette dragon sous le charme de laquelle je suis littéralement tombé. Peut-être ce sentiment est-il également dû au contraste avec mes précédentes plongées à Anilao, principalement des muck dives sur fond sableux (voir ici le détail de ces plongées). Mais c’est justement ce qui pour moi fait tout le charme de ce coin des Philippines: on passe en quelques heures d’une muck-dive à une plongée sur tombant où à l’exploration d’une épave. Il y en a pour tout le monde !
Une très belle plongée donc que Kirby’s rock, mais à réserver toutefois à des plongeurs confirmés en raison de la profondeur et du courant qui peut parfois s’y montrer intense. Ceux dont les prérogatives ne permettent pas de descendre aussi profond pourront toutefois explorer le magnifique tombant de Caban Island…

Plongée à Anilao aux Philippines: Bangka à la surface de Kirby's rock

Plongée à Anilao aux Philippines: Bangka à la surface de Kirby’s rock

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1