Votre mot de passe vous sera envoyé.

Pour terminer cette nouvelle journée de plongée à Anilao, nous avons rendez-vous sur Vivere Point, un site de muck dive pas très loin du Buceo Anilao resort  et où l’on croise parait-il pas mal de juvéniles…

Une fois n’est pas coutume, au terme de cette journée pluvieuse, ce n’est pas le soleil couchant derrière l’horizon qui me donne le traditionnel top départ pour cette nouvelle plongée de nuit, mais bien l’obscurité qui gagne peu à peu les environs. J’avoue que je dois vraiment me botter un peu les fesses pour enfiler à nouveau ma combinaison toujours humide, puis embarquer sur notre bangka. Une fois de plus je suis le seul enragé à participer à cette plongée de nuit, mes compagnons de palanquée habituels ayant déclaré forfait, préférant profiter du bar plutôt que repartir dans le froid humide dont nous gratifie aujourd’hui l’hiver philippin.

Heureusement Vivere point ne se trouve pas bien loin, et je m’immerge aussitôt en compagnie de mon guide, longeant brièvement le plateau avant de basculer le long du talus sableux que nous explorons systématiquement. Presque immédiatement une minuscule tâche orange croise le faisceau de ma lampe. En m’approchant, je me rend compte qu’elle prend peu à peu la forme d’un drôle de poisson, comme posé sur ses pattes avant… Il s’agit d’un juvénile, presque un bébé, de poisson-crapaud. On les nomme également antennaires, en référence à leur première épine dorsale qui prend la forme d’une sorte d’antenne que cet étrange poisson utilise comme canne à pêche, en y laissant pendre un petit leurre qu’il agite devant sa bouche, attirant ainsi des proies imprudentes qu’il avalera en une seule bouchée!

Ce juvénile possède exactement la même physionomie que les adultes dont il constitue une réplique miniature tout a fait conforme, sauf que là où les adultes mesurent une bonne trentaine, voire une quarantaine de centimètres, celui-ci ne fait même pas la taille de mon ongle…
Bon d’accord la photo n’est pas très nette, mais d’une seule main je voudrais bien vous y voir 🙂

Plongée à Anilao aux Philippines: Antennaire juvénile / Frogfish (Antennarius sp.) à Vivere point

Plongée à Anilao aux Philippines: Antennaire juvénile / Frogfish (Antennarius sp.) à Vivere point

Un peu plus profond, un autre bébé poisson m’attend sur le sable de Vivere point. Il s’agit cette fois du très venimeux poisson-démon (Inimicus didactylus). Si sa version adulte peut parfois faire peur (voir photo dans le portfolio de BellesPlongées), ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les anglos-saxons le nomme également « goule barbue » ou encore « poisson goblin », je trouve ce bébé plutôt mignon avec ses grands yeux bleus posés sur une tête qui n’a pas encore pris sa future allure patibulaire. Par contre il adopte déjà la posture si caractéristique des adultes de cette espèce, avec sa queue repliée à angle droit et ses « griffes » déployées (en fait les premiers rayons de ses nageoires pectorales) qui lui permettent de se déplacer sur le substrat.

Plongée à Anilao aux Philippines: Poisson démon juvénile (Inimicus sp.) à Vivere point

Plongée à Anilao aux Philippines: Poisson démon juvénile (Inimicus sp.) à Vivere point

Je reste de longues minutes à l’observer avant de reprendre mon exploration de Vivere point, m’approchant d’un rocher servant de support à une crinoïde ébouriffée. Derrière se tient un gros hippocampe aux couleurs jaunes et brunes, mais c’est sa posture qui m’étonne le plus puisqu’il se tient parfaitement à l’horizontale, la tête tournée vers le sol. Il s’agit d’une attitude d’assoupissement caractéristique (parfois ils  se mettent aussi en boule comme des chats), et ma torche vient très probablement d’interrompre son sommeil. Je m’empresse aussitôt de passer en lumière rouge pour éviter de l’agresser davantage, et m’autorise une simple petite photo avant de déguerpir pour le laisser retourner dans les bras de Morphée…

Plongée à Anilao aux Philippines: Hippocampe à Vivere point

Plongée à Anilao aux Philippines: Hippocampe à Vivere point

Pour la première fois, je croise à Vivere point des poissons-fantômes lors d’une plongée de nuit. Il ne s’agit pas du flamboyant poisson-fantôme arlequin (Solenostomus paradoxus) qui vit dans les crinoïdes, mais plutôt du poisson-fantôme robuste (Solenostomus cyanopterus) que l’on trouve généralement près du fond, survolant le substrat. Il existe en tout et pour tout cinq espèces de poissons-fantômes, et celle-ci ressemble véritablement à un morceau de feuille, ce qui la rend difficile à repérer, surtout dans l’obscurité. Un vrai coup de pot que ce drôle de poisson, à mi chemin entre le syngnathe et l’hippocampe, soit venu croiser le faisceau de ma torche au beau milieu de ce désert de sable…

Plus loin un mouvement attire mon attention. Il s’agit de l’un de ces crabes honteux à lunettes (Calappa philargius) que j’avais déjà surpris en plein ébats lors d’une autre plongée de nuit en début de semaine (voir ici l’article sur Secret bay). Seuls le sommet de ses yeux et le peigne situé sur le dessus de ses grosses pinces affleurent la surface du sable, tout le reste restant enterré en attendant que je disparaisse du paysage. Je ne m’attarde donc pas et passe rapidement mon chemin.

Plongée à Anilao aux Philippines: Crabe honteux à lunettes (Calappa philargius) à Vivere point

Plongée à Anilao aux Philippines: Crabe honteux à lunettes (Calappa philargius) à Vivere point

Un autre crabe m’attend justement un peu plus loin, escaladant la plume de mer qui lui sert de refuge. Il s’agit d’un minuscule crabe porcelaine (pas plus d’un centimètre et demi) que l’on nomme Porcellanella triloba. Il ressemble à un petit fantôme, d’un blanc presque translucide, qui entretient une relation commensale avec les plumes de mer. Et contrairement à ce que son nom pourrait laisser entendre, il ne s’agit pas à proprement parler d’un crabe, mais plutôt d’une galathée, une proche famille qui se reconnait surtout à une quatrième paire de pattes presque entièrement atrophiée.

Et puis cette plongée de nuit à Vivere point me permet aussi de rencontrer un magnifique nudibranche qui semble se prendre pour un tigre avec ses cérates oranges ponctués de noir et de blanc. Il s’agit vraisemblablement de Caloria indica, un nudibranche assez répandu dans la zone Indo-pacifique, mais que je croise pourtant pour la première fois. Il semble apprécier particulièrement les hydraires dont il se nourrit des polypes, et c’est par conséquent dans ce milieu qu’on a le plus de chances de l’apercevoir.

Je regagne la surface après une heure d’immersion sur Vivere point, un site somme toute assez classique et très représentatif des plongées à Anilao. Les plongées de nuit ici sont extrêmement faciles, proposant une faible profondeur et absolument aucun courant, ce qui peut permettre aux plongeurs de tout niveau de s’y aventurer, même de nuit. La faune, sans y être particulièrement exubérante, présente toutefois quelques spécimen plutôt rares, y compris ces adorables bébés antennaires…

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux

Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j’ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.


Ma plus belle plongée ? J’espère la prochaine…


Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1