THAÏLANDE: BUOYANCY WORLD

Plongée en Thaïlande : Elena en plein exercice de flottabilité à Buoyancy world, sur l'ile de Koh Tao
Share

La maîtrise de la flottabilité, « buoyancy en anglais », constitue la base de la plongée sous-marine, et il s’agit probablement de la compétence la plus difficile et la plus longue à acquérir. Les écoles de plongée de Koh Tao ont eu la bonne idée de créer un endroit dédié à cet apprentissage: Buoyancy world

Au Nord-Ouest de Koh Tao, les trois îlots de Nang Yuan ressemblent à de petites larmes de terre qui auraient coulé à la surface du golfe de Thaïlande, reliés entre eux par une étroite bande de sable. Espace écologiquement préservé (les matières plastiques jetables y sont par exemple totalement bannies), c’est dans les eaux de ce petit paradis que se trouve Buoyancy world et je vais y plonger avec Elena et Boris (11 ans), diplômés Open Water la veille.

Le Scuba birds nous a embarqués sur la jetée du port de Mae Haad, avant de longer la côte Ouest de Koh Tao pour nous amener jusqu’au trio d’Îlots de Nang Yuan, et nous larguer au dessus de Twins, un autre site de plongée que nous comptons explorer rapidement avant de terminer notre immersion sur Buoyancy world.

Twins, également appelé Twin peaks, consiste en deux grosses formations rocheuses aux formes assez semblables (d’où probablement le nom du site) et séparées par une vingtaine de mètres. Posées sur un fond de sable, ces formations se trouvent à une profondeur de 15 mètres et culminent à seulement 5 mètres au-dessous de la surface. Vers l’Ouest, un troisième rocher, de taille bien plus réduite (3 mètres de hauteur), pousse depuis le fond à 18 mètres, et peut également faire l’objet d’une petite visite.

Le Scuba birds nous dépose au Nord-Est du premier pinnacle, là où la profondeur est la plus faible (6-8 mètres), et nous nous immergeons aussitôt, démarrant notre exploration en direction du Sud. Ce premier rocher regorge d’une faune abondante, où l’on trouve notamment des poissons-anges, des murènes, mais également des mérous minium(Cephalopholis miniata) bien cachés au fond des anfractuosités…

Nous nageons ensuite sur la partie intérieure de l’amas rocheux, avant de reprendre la direction du Sud vers le second pinnacle. Quelques anémones hébergent des poissons clowns à collier (Amphiprion perideraion), mais également des poissons clowns à selle blanche (Amphiprion polymnus), et bien sûr les poissons cochers de Hong-Kong (Chaetodon weibeli) sont ici omniprésents comme partout d’ailleurs à Koh Tao, au même titre que les vieilles rayées (Cheilinius fasciatus) ou les girelles paons (Thalassoma lunare).

 

Le second pinnacle est en tout point similaire au premier, simplement plus profond de quelques mètres, et nous le longeons en direction du Nord pour atteindre bientôt la vaste plaine de sable qui constitue Buoyancy world.

Ce site de Buoyancy world a été imaginé en 2009, et mis en place par les écoles de plongée locales afin de délester un peu les sites aux récifs naturels quelque peu malmenés par l’activité humaine. Sur le sable, à une profondeur comprise entre 12 et 15 mètres, ont été disposées différentes structures de béton, simples sculptures ou agrès permettant de tester le contrôle de sa flottabilité.
On y trouve ainsi un gros lézard comme assis sur ses pattes arrières, un requin, une tortue et même un poulpe surnommé « Rocktopus », dont les tentacules forment une petite arche sous laquelle passer …

Quant-aux agrès, on en trouve de différentes formes, depuis les cubes de béton classiques que l’on rencontre un peu partout à Koh Tao (voir ici l’article concernant la baie de Hin Ngam) jusqu’aux cerceaux suspendus, de taille plus ou moins réduite, et à travers lesquels il s’agit de passer… Les instructeurs trouvent donc ici un terrain de jeu idéal pour l’apprentissage de la flottabilité, mais également de l’orientation en imaginant des parcours entre les différents structures, et ce sans aucun risque pour les apprentis plongeurs, ni pour les récifs coralliens.

Pour en savoir plus concernant le projet, je vous invite à découvrir le site de l’association Eco Koh Tao en cliquant ici (en anglais)

En tous les cas mission accomplie pour Elena et Boris qui s’en tirent remarquablement sur la portion de Buoyancy world que nous explorons, passant par différents agrès, et sans oublier de rendre une petite visite au requin, au lézard et bien sûr à Rocktopus  !

Le verdict d’Elena à l’issue de la plongée: « Buoyancy world constitue une expérience vraiment intéressante pour les plongeurs novices. Avec la plongée sous-marine, on a le sentiment étrange que notre corps ne répond pas toujours à ce que l’on souhaiterait en matière de mouvements, et ce site permet vraiment d’en pendre conscience en s’entrainant sur les différentes structures pour tenter d’améliorer sa flottabilité. Il s’agit par contre son seul intérêt, mais je ne suis pas, par principe, une grande fan des récifs artificiellement créés ».

Finalement Buoyancy world constitue indéniablement un outil pédagogique intéressant à la fois pour les instructeurs et pour les apprentis plongeurs, mais au delà de la simple curiosité, il risque de décevoir les plongeurs plus chevronnés, notamment les amateurs de bio dans la mesure où la faune n’a pas encore eu le temps de coloniser pleinement ce récif artificiel récent. Une bonne alternative peut consister, comme nous l’avons fait, à combiner lors d’une même immersion les sites de Twins, plutôt riche en vie marine, et de Buoyancy world.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Articles dans cette catégorie

Share
Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées.

Ma plus belle plongée ? J'espère bien la prochaine...

Et si vous laissiez un commentaire ? (votre adresse mail ne sera pas publiée)