THAÏLANDE: CHUMPHON PINNACLE

Plongée en Thaïlande : Platax à longues nageoires (Platax teira) à Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Share

Avec ses 30 mètres de profondeur et une faune sous-marine des plus riches, Chumphon pinnacle, un petit rocher perdu au milieu du golfe de Thaïlande, est considéré comme l’un des meilleurs sites des environs. Je ne pouvais guère espérer mieux pour démarrer cette série de plongées sous-marines à Koh tao

Le Scuba bird, le bateau du dive shop international (principalement Russe) du même nom avec lequel je vais plonger à Koh Tao, quitte le paisible petit port de Mae Haad avant de mettre le cap au Nord-Ouest. Koh Tao disparaît lentement dans notre sillage alors que nous gagnons la pleine mer.

Au bout d’une douzaine de kilomètre (une quarantaine de minutes de navigation) le Scuba bird stoppe au beau milieu de nulle part. Même si rien ne le laisse deviner, nous sommes bien sur Chumphon pinnacle, dont le sommet culmine à 14 mètres au-dessous de la surface.
Avec Nelly, ma guide du jour, nous nous équipons rapidement avant de nous mettre à l’eau et de nager jusqu’à l’avant du bateau où nous nous laissons descendre le long de l’amarre, jusqu’au plateau du monticule, puis nous basculons sur son côté Est et nous plongeons jusqu’à sa base, à 30 mètres de profondeur.

Le site de Chumphon pinnacle se compose d’un monticule principal, celui sur lequel nous nous trouvons, de loin le plus gros, et de pinacles secondaires, au Nord et au Sud, avec notamment au Sud-Est deux petites aiguilles qui composent une petite formation appelée Barracuda rock, démarrant à 36 mètres de profondeur pour remonter jusqu’à 12 mètres de la surface.

Les parois de Chumphon pinnacle regorgent de nombreuses fissures et crevasses dans lesquels une faune abondante et multicolore a élu domicile, comme cette troupe de poissons-soldats (Myripristis hexagona) ou, un peu plus au Sud, les poissons lapins de java (Siganus javus), si bien que j’ai presque l’impression de plonger le long d’un tombant…

Plongée en Thaïlande : Poisson-soldat (Myripristis hexagona) à Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Poisson-soldat (Myripristis hexagona) à Chumphon pinnacle sur l’ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Poisson-lapin (Siganus javus) à Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Poisson-lapin (Siganus javus) à Chumphon pinnacle sur l’ile de Koh Tao

Dans une crevasse se cache un gaterin arlequin (Plectorhinchus chaetodonoides). Poisson essentiellement nocturne, il préfère, durant la journée, se mettre à l’abri dans des grottes ou des crevasses, et il a visiblement l’air très inquiet à mon approche, ses gros yeux me fixant par en dessous… A chaque fois que je les rencontre, je suis toujours interloqué par la différence entre leur apparence de juvénile et celle qu’ils prennent en devenant adulte (voir ici pour la photo d’un gaterin arlequin juvénile)…

Plongée en Thaïlande : Gaterin-arlequin (Plectorhinchus chaetodonoides) à Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Gaterin-arlequin (Plectorhinchus chaetodonoides) à Chumphon pinnacle sur l’ile de Koh Tao

Les mérous quant-à eux préfèrent se poser sur un rocher, idéalement en surplomb, pour observer les alentours, et l’on peut en croiser de nombreuses espèces différentes sur le site de Chumphon pinnacle, comme ce mérou pintade (Epinephelus chlorostigma), ou plus bas l’étonnant mérou oriflamme (Epinephelus fasciatus) dont les grosse lèvres rouges font un peu penser à un clown… Et puis il y a enfin les mérous géants, qui errent tels des fantômes sous les surplombs rocheux situés au Nord Ouest du site, et dont certains ne doivent pas être bien loin des 2 mètres de longueur ! Sacrés bébés !

Plongée en Thaïlande : Mérou pintade (Epinephelus chlorostigma) à Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Mérou pintade (Epinephelus chlorostigma) à Chumphon pinnacle sur l’ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Mérou oriflamme (Epinephelus fasciatus) à Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Mérou oriflamme (Epinephelus fasciatus) à Chumphon pinnacle sur l’ile de Koh Tao

Nous venons juste de contourner la pointe Sud de Chumphon pinnacle lorsqu’un couple de platax (Platax teira) vient à notre rencontre et tourne autour de nous quelques minutes. Ils mesurent bien entre quarante et cinquante centimètres, et leur corps a un je ne sais quoi d’étrange, qui explique probablement l’origine de leur nom (« teira » vient du grec ancien « teras » qui signifiait monstrueux)…
D’abord il y a aussi cette longue nageoire pelvienne, la plupart du temps d’un jaune assez vif chez le Platax teira, qui semble étirer leur menton comme une improbable barbichette, et puis leur corps qui serait parfaitement circulaire si un front largement bombé, à peu près au niveau de la bande oculaire, ne venait perturber cette symétrie. Mais le plus étrange reste probablement que malgré ce corps presque rond, les platax réussissent à présenter plutôt la forme générale d’un triangle, la faute à ces interminables nageoires dorsales et anales qui s’étirent vers le haut et vers le bas. Encore plus développées chez les juvéniles, elles ont tendance à s’arrondir et à voir leur longueur diminuer lorsqu’ils passent au stade adulte. En comparaison les yeux et la bouche apparaissent bien minuscules, et c’est probablement cette disproportion inhabituelle qui explique l’apparence étrange que nous leur trouvons, un peu comme si la nature avait voulu jouer les caricaturistes en forçant leurs traits pour en accentuer certains et au contraire en rapetisser d’autres…

Nous longeons désormais le versant Ouest du monticule, remontant vers le plateau qu’il forme vers une vingtaine de mètres de profondeur. Un poisson papillon de Hong-Kong (Chaetodon wiebeli) éclaire le paysage de sa livrée jaune rayée d’ocre, tête vers le bas, comme s’il attendait un quelconque labre nettoyeur, avant de finalement quitter les lieux en passant tranquillement devant moi. Avec sa nonchalance et son drôle de regard plissé, comme s’il était myope, il me fait penser au célèbre Mister Magoo des dessins-animés, et je suis soudain pris d’une furieuse envie de rire… N’en déplaise aux biologistes, il sera désormais pour moi le Chaetodon magoo…

Nelly et moi arrivons désormais sur le plateau qui forme le dessus de Chumphon pinnacle, et sur lequel des centaines d’anémones magnifiques (Heteractis magnifica) se sont installées pour y former un tapis vivant et multicolore, certes pas aussi vaste que celui d’Anemone reef (voir le post) dans la mer d’Andaman, toujours en Thaïlande, mais tout de même d’une grande densité et de toute beauté. J’en profite pour admirer la diversité de leurs tentacules, dont les extrémités, tantôt bleues, tantôt blanches, semblent avoir été agencées par un génial paysagiste sous-marin pour composer des massifs de pâquerettes et de myosotis. Au beau milieu de ce tapis, une étrange anémone attire mon regard. Elle est d’une blancheur éclatante, et sa bouche, jaune, apparaît nettement au milieu des tentacules qui dansent la sarabande au gré du courant, un peu comme une grosse marguerite… S’agit-il d’une décoloration due à une maladie ayant provoqué la disparition des algues zooxanthelles avec lesquelles elle vit en symbiose ?

Bien sûr les poissons-clowns sont ici à la fête, et j’en aperçois des centaines qui vont et viennent entre les tentacules de leur anémone favorite, principalement des poissons-clowns à collier (Amphiprion perideraion), facilement reconnaissables à leur couleur saumon et aux lignes blanches qui marquent le rebord de leurs opercules et de leur nageoire dorsale, courant jusqu’au niveau de leurs yeux.

Et puis enfin il y a cette étrange holothurie qui court au milieu des oursins et des anémones, et que je n’ai pas réussi à identifier… Doté d’un corps plutôt massif à dominante jaune, elle semble recouvertes de pustules qui ressemblent à une multitudes d’yeux bleus. Si quelqu’un à une petite idée sur son identification, merci de laisser un commentaire…

Plongée en Thaïlande : Holothurie non identifiée a Chumphon pinnacle sur l'ile de Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Holothurie non identifiée a Chumphon pinnacle sur l’ile de Koh Tao

Après cinquante minutes de cette très belle plongée, Nelly et moi regagnons la surface après avoir effectué notre palier de sécurité. En remontant l’échelle du Scuba Birds, je me dis que la réputation de ce Chumphon pinnacle n’est absolument pas usurpée, et que cette série de plongées sous-marines dans le golfe de Thaïlande démarre décidément sous les meilleurs auspices…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Articles dans cette catégorie

Share
Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées.

Ma plus belle plongée ? J'espère bien la prochaine...

Et si vous laissiez un commentaire ? (votre adresse mail ne sera pas publiée)