Votre mot de passe vous sera envoyé.

Au Sud-Est de Koh Tao, les eaux du golfe de Thaïlande bercent paisiblement la baie de Hin Ngam, où quelques bungalows aux toits d’azur percent à travers la luxuriante végétation de la colline pour surplomber une petite plage au sable étincelant. C’est dans ce décor de carte postale que je vais plonger aujourd’hui, après une très belle plongée la veille sur le mythique Sail Rock (Lire le post)…

Plongée en Thaïlande : Le site de plongée sous-marine de Hin Ngam à Koh Tao vu depuis la surface

Plongée en Thaïlande : Le site de plongée sous-marine de Hin Ngam à Koh Tao vu depuis la surface

Le trajet n’est pas bien long depuis le petit port de Mae Haad, puisqu’il suffit de contourner la pointe Sud de Koh Tao, et il ne faut que quelques dizaines de minutes au Scuba bird pour nous amener à destination.

La baie comporte deux sites de plongée: Aow Leuk, à proximité immédiate de la plage, dont la très faible profondeur et le fond de sable en font un endroit idéal pour les baptêmes de plongée sous-marine ou encore l’apprentissage sans risque des techniques de base, et Hin Ngam, plus vers l’extérieur de la baie, dont la profondeur n’excède pas 13 mètres, mais où des structures ont été déposées sur la plaine sableuse pour servir de support au corail, et l’on peut ainsi visiter ce récif artificiel au centre de la baie, tout en découvrant le récif naturel qui longe le rivage de chaque côté.

Après avoir déposé quelques baptêmes de plongée sur Aow Leuk, le Scuba bird vient s’amarrer à la bouée au centre de la baie, et nous nous mettons immédiatement à l’eau. Malgré ce que laissait espérer le bleu trompeur de la surface, la visibilité est loin d’être excellente. La tempête qui a secoué la région deux nuits auparavant continue de brasser les eaux, et le résultat sur ce fond de sable fin est catastrophique, soulevant des milliards de particules qui voltigent entre deux eaux, formant comme un épais brouillard qui enveloppe les structures du récif artificiel, créant une atmosphère digne du plus mauvais des films d’épouvante…

Le récif artificiel se compose de structures aux formes les plus diverses, depuis de simples cônes filaires jusqu’aux objets les plus hétéroclites puisque l’on peut même y trouver une voiture, mais la forme qui prédomine est celle de ces énormes cubes de béton (ils pèsent près de 1,2 tonnes et chacun de leur côté mesure un mètre cinquante). Implantés récemment (2013 et 2015), ils ne sont pas encore entièrement colonisés par les coraux, mais j’y croise parfois quelques poissons, comme ce poisson lapin à selle dorée (Siganus guttatus) qui y déambulent comme des apparitions spectrales dans le brouillard…

Plongée en Thaïlande : Poisson lapin à selle dorée (Siganus guttatus) comme un fantôme à Hin Ngam, sur l'ile de Koh Tao

Plongée en Thaïlande : Poisson lapin à selle dorée (Siganus guttatus) comme un fantôme à Hin Ngam, sur l’ile de Koh Tao

Avec plus de 2000 cubes de béton ainsi déployés, Koh Tao constitue probablement le plus grand site de récifs artificiels de toute l’Asie du Sud-Est, avec pour vocation, outre le fait de favoriser la pousse du corail en leur fournissant un support stable, l’avantage de délester les sites de récifs naturels de l’île en offrant une alternative à des plongeurs de plus en plus nombreux, permettant ainsi de préserver ces sites de l’agression liée à l’activité humaine (les coups de palmes malencontreux ne sont pas rares sur cette île qui a fait de l’apprentissage de la plongée sous-marine une de ses spécialisations principales). Pour en savoir plus sur le projet et l’installation de ces blocs, je vous invite à découvrir le site (en anglais) de l’association (cliquer ici)

Au pied d’un de ces cubes, une couleur inhabituelle attire mon regard. Directement posée à même le substrat sableux, une anémone d’un étrange bleu pâle déploie ses tentacules, défendue par une famille de poissons-clowns à selle blanche (Amphiprion polymnus). Il s’agit très probablement d’une anémone-cuir (Heteractis crispa) puisque seules deux espèces d’anémones abritent Amphiprion polymnus, mais je n’en avais encore jamais croisé de cette étrange couleur…

Je reste un long moment à observer l’étrange danse de ces petits clowns (la femelle, qui est la plus grande du couple, mesure au mieux une douzaine de centimètres), où alternent tentatives d’intimidation et replis stratégiques craintifs, puis je reprends l’exploration de Hin Ngam, cette fois en me dirigeant vers le récif naturel qui borde le rivage au Sud-Ouest de la baie.
Moins désertique qu’il n’y parait de prime abord, la plaine de sable qui m’en sépare abrite la faune mobile typique de ce type de substrat, et j’y croise parfois de minuscules gobies souffres (Cryptocentrus cinctus), associés à la crevette revolver dont ils partagent le terrier, ou bien quelques bernard-lhermites en vadrouille, ou encore une raie à points bleus à demi enfouie dans le sable.

Plongée en Thaïlande : Raie à points bleus à Hin Ngam, sur l'ile de Koh Tao

Plongée en Thaïlande : Raie à points bleus à Hin Ngam, sur l’ile de Koh Tao

Le récif apparaît bientôt comme une masse indistincte dans la purée de pois qui m’entoure, puis de plus en plus nettement au fur et à mesure que je m’en approche. J’y distingue différentes espèces de coraux durs comme le corail corne de cerf (Acropora cervicornis) ou le corail étoilé, mais aussi du corail cerveau ou du corail table (Acropora pulchra).
Les bénitiers géants (Tridacna maxima) ouvrent quant-à eux leur bouche de chair brune et noire pour la refermer aussitôt craintivement sur mon passage, de même que les sabelles, ces petits vers annélides dont la légèreté et la grâce du panache branchial fait penser à un éventail de plumes…

Le récif de Hin Ngam est peuplé de la faune habituelle de l’indo-pacifique: murènes, poissons-anges et autres papillons… mais j’y découvre ce petit nudibranche qui pourrait être Phyllidiella nigra). La distinction avec Phyllidiella pustulosa n’est pas toujours évidente…

Plongée en Thaïlande : Nudibranche (Phyllidiella nigra) à Hin Ngam, sur l'ile de Koh Tao

Plongée en Thaïlande : Nudibranche (Phyllidiella nigra) à Hin Ngam, sur l’ile de Koh Tao

Nous poursuivons notre visite du site de Hin Ngam en traversant à nouveau la plaine sableuse, cette fois en direction de l’Est, afin de regagner le Scuba bird, mais disposant encore de suffisamment d’air nous décidons d’aller jeter un coup d’œil sur le récif qui borde l’autre côté de la baie (ici la faible profondeur permet de couvrir une large zone en une seule plongée), mais en tout point similaire au premier récif, il ne présente pas d’intérêt particulier, et au bout d’une heure de plongée nous regagnons le bateau.
Hin Ngam, et au fond de la baie, Aow Leuk, constituent effectivement des sites idéaux pour l’apprentissage de la plongée sous-marine, et ils raviront sans aucun doute les plongeurs débutants ou en phase d’apprentissage technique: fond de sable, pas de courant en raison de la situation abritée dans la baie, faible profondeur etc. Par contre, ces sites, bien qu’agréables à visiter, risquent de décevoir quelque peu les plongeurs plus chevronnés, sauf pour ce qui concerne la zone de récif artificiel dont les formes étranges contribuent à créer une atmosphère particulière, surtout les jours de visibilité réduite…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1