THAÏLANDE: L’ÉPAVE DU SATTAKUT

Plongée en Thaïlande : Canon arrière de l'épave du Sattakut à Koh Tao
Share

Coulé volontairement le 18 juin 2011 à environ 30 mètres de profondeur et à proximité de la côte Ouest de Koh Tao, le HTMS Sattakut a depuis lors démarré une nouvelle carrière en devenant l’un des hauts lieux de la plongée sous-marine dans le golfe de Thaïlande. C’est sur cette épave relativement récente que j’ai rendez vous pour ma seconde plongée de la journée, après celle sur Chumphon pinnacle (voir l’article)…

L’histoire du Sattakut

Construit dans les chantiers navals de Portland, en Oregon, le Sattakut, qui s’appelait alors USS-LCI 739 (LCI pour Landing Craft Infantry), a commencé en Février 1944 sa carrière militaire, participant à différentes campagnes de la seconde guerre mondiale dans la région Asie-Pacifique, notamment à Palau, Iwo Jiwa et Okinawa. Après la guerre, il est transféré en Thaïlande et mis au service de la marine royale thaïlandaise qui le rebaptise HTMS (His Thai Majesty Ship) Sattakut-742.
Il sera finalement décommissionné en 2007, avant d’être volontairement coulé en 2011,  devenant ainsi un récif artificiel pour la plus grande joie des espèces sous-marines locales qui n’ont pas tardé à le colonniser… et bien sûr des plongeurs…

Long de 158 pieds (environ 48 mètres), le Sattakut repose désormais par une trentaine de mètres de profondeur (30 mètres au niveau de la poupe et 27 mètres pour la proue), ce qui réserve son exploration à des plongeurs aguéris (certification Advanced Open Water ou Niveau II), voire doté d’une spécialisation épave pour en visiter l’intérieur, puisque le Sattakut dispose de nombreux points de pénétration…

 

La plongée sur le Sattakut

Depuis la surface rien ne semble indiquer la présence du Sattakut à quelques mètres seulement sous nos pieds, si ce n’est une petite bouée jaune à laquelle le bateau de Scuba birds vient s’amarrer. Nous sommes au Nord Ouest de Koh Tao, à une vingtaine de mètres au Sud de Hin Pee Wee.

Plongée en Thaïlande : Le site de plongée sous-marine de Sattakut wreck à Koh Tao vu depuis la surface
Plongée en Thaïlande : Le site de plongée sous-marine de Sattakut wreck à Koh Tao vu depuis la surface

Avec Nelly, mon guide, nous nous mettons à l’eau avant de nous laisser glisser vers le fond. La visibilité est tellement mauvaise aujourd’hui que j’ai l’impression d’évoluer dans un épais brouillard, ne distinguant plus que de vagues formes au delà de quelques mètres. Après une trentaine de secondes de descente, une vague forme commence à émerger de la brume en dessous de nous: le HTMS Sattakut…

Nous approchons l’épave par la poupe, sa partie la plus profonde, sur laquelle se dresse un canon de 40mm (aux environ de 24-25 mètres de profondeur). La visibilité est tellement réduite que du bout du canon on ne distingue même plus le poste de tir, mais cette ambiance n’est pas pour me déplaire, puisqu’elle donne un charme particulier à cet ancien navire de guerre, dont on s’attendrait presque à voir surgir à tout instant de la brume quelque soldat fantôme…

Après quelques circonvolutions autour du canon, nous décidons de pénétrer à l’intérieur du Sattakut, et nous nous dirigeons vers l’écoutille de poupe, qui s’ouvre un peu plus bas, vers 27 mètres de profondeur, et donne accès à une coursive d’une quinzaine de mètres de long. Compte tenu de la visibilité j’appréhende un peu la pénétration dans cet endroit confiné et où l’on a tout juste assez de place pour se faufiler, mais de nombreux hublots le long de cette coursive laissent pénétrer suffisamment de lumière pour qu’il ne soit presque pas nécessaire d’utiliser une torche. J’ai même l’impression que protégé par les parois de la coque du mouvement des particules en suspension, la visibilité est presque meilleure ici qu’à l’extérieur…

Plongée en Thaïlande : A l'intérieur des coursives de l'épave du Sattakut à Koh Tao
Plongée en Thaïlande : A l’intérieur des coursives de l’épave du Sattakut à Koh Tao

Nous ressortons sans encombre à l’autre bout de la coursive et nous nous dirigeons vers la petite échelle qui mène un peu plus haut au pont supérieur sur lequel se trouve la timonerie. La partie basse, de forme circulaire, mesure quelques 5 mètres de diamètre, et nous en avons donc rapidement fait le tour. Ici aussi les hublots découpés dans la paroi permettent une parfaite visibilité, et servent de cadre originaux pour les poissons qui viennent y poser en contre jour…
Juste au-dessus, la cabine de pilotage constitue le point culminant du Sattakut avec 18 mètres de profondeur. Et il semblerait bien qu’un nouveau capitaine ait élu domicile à la barre avec ce poisson qui semble y scruter l’horizon.
Quant-aux mérous, ils préfèrent visiblement se prélasser sur le toit de la cabine…

D’une manière générale la faune n’est pas omniprésente sur cette épave, probablement parce que son immersion récente n’a pas encore permis une colonisation complète, d’autant que les hordes de plongeurs qui la visitent chaque jour ne favorisent probablement pas l’ancrage de la faune sessile.

Nous poursuivons notre exploration vers la proue, passant devant un escalier qui ne semble mener nulle part, puis pénétrant par une écoutille pour un rapide tour de l’étrave avant de remonter voir le canon de proue, un 76 mm plus impressionnant que le précédent et qui se trouve à 21 mètres de profondeur. On peut encore y lire sa date de fabrication: 1942…

Il ne nous aura fallu qu’une vingtaine de minutes pour faire le tour de l’épave du Sattakut, au milieu d’une brume à couper au couteau. Sans doute qu’avec une meilleure visibilité nous nous serions attardés un peu plus, mais cela reste tout de même pour moi une très belle plongée, justement à cause de cette atmosphère étrange et irréelle, presque inquiétante, mais qui colle si bien à une épave militaire… Et puis ce sont probablement ces mêmes conditions qui ont éloigné les autres plongeurs aujourd’hui, nous réservant la quasi exclusivité de la visite, une opportunité que j’apprécie à sa juste valeur…
Nelly et moi remontons lentement le long de l’amarre pour effectuer notre pallier de sécurité. Quelques mètres au-dessous de nous le Sattakut n’est déjà plus visible, perdu dans le brouillard qui semble l’avoir définitivement avalé, et seules quelques bulles, sans doute égarées par quelques plongeurs, passent à notre hauteur avant de continuer vers la surface pour aller se perdre dans l’atmosphère.

Plongée en Thaïlande : Bulles au dessus de l'épave du Sattakut à Koh Tao
Plongée en Thaïlande : Bulles au dessus de l’épave du Sattakut à Koh Tao

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Articles dans cette catégorie

Share
Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées.

Ma plus belle plongée ? J'espère bien la prochaine...

Et si vous laissiez un commentaire ? (votre adresse mail ne sera pas publiée)