Votre mot de passe vous sera envoyé.

Après notre seconde plongée sur le mythique rocher de Richelieu, le Bunmee III a levé l’ancre en direction du Sud, vers Koh Tachai où nous avons effectué une nouvelle très belle plongée en compagnie des raies mantas, avant de poursuivre sa route vers la petite ile de Koh Bon où nous avons prévu de passer la nuit. Nous avons déjà plongé à Koh Bon la veille, mais c’était en pleine journée, et cette nouvelle plongée nocturne est par conséquent inédite pour nous.

Plongée en Thailande : carte de Koh Bon

Plongée en Thailande : carte de Koh Bon

Il s’agit de la seconde plongée de nuit de cette croisière plongée en Thaïlande, et elle va se dérouler sur le site Nord de Koh Bon, dont la faible profondeur et le plateau en pente douce sont plus propices à ce genre d’exercice.
En fin d’après midi le Bunmee III est venu s’ancrer dans la petite baie au Sud de l’ile, où, à l’abri de la houle, il attend bien sagement que la nuit tombe pour contourner le doigt de Koh Bon et nous amener sur le site de plongée, distant de quelques centaines de mètres à peine.
Comme d’habitude, nous sommes la première palanquée à plonger, et nous attendons patiemment sur la plateforme arrière le signal de la mise à l’eau. Les projecteurs du Bunmee III balayent la surface, lorsque soudain nous voyons apparaitre dans leur faisceau des milliers de méduses. Elles ne sont pas bien grosses, mais leur nombre est tel qu’elles semblent recouvrir entièrement la surface de la mer d’Andaman!
Portées par le courant, elles glissent le long des flancs du bateau, dans un flot qui nous semble interminable…
Sur le pont du Bunmee III, les avis sont partagés. Certains ont déjà enlevé leur combinaison, pendant que d’autres hésitent encore. Pour ce qui me concerne ma décision est prise, et je ne compte pas renoncer à une séance de plongée sous-marine à cause de quelques cnidaires en vadrouille… Je suis muni d’une combinaison intégrale, et si je mets également des gants, il ne restera guère plus que mon visage pour offrir une surface susceptible d’entrer en contact avec leurs filaments empoisonnés. Or ces méduses semblant exclusivement se promener à la surface, si je  m’immerge immédiatement lors de mon saut de mise à l’eau, et que je gonfle suffisamment ma stab afin de maintenir ma tête hors de l’eau lors du retour à la surface en fin de plongée, je devrais pouvoir échapper à leur contact…
Nous serons finalement 5 à tenter ce pari.

Nous attendons toutefois que le flot se tarisse un peu, et au bout de quelques longues minutes nous nous jetons à l’eau en nous laissant emporter directement vers le fond. Comme prévu les méduses sont surtout concentrées au niveau de la surface, et en faisant un peu attention (pas toujours facile à la simple lumière de nos torches), nous devrions pouvoir éviter les quelques individus qui traineraient en profondeur.
Nous sommes donc aux environ de 10 mètres, et nous commençons notre exploration en longeant le rivage à main droite, en nous dirigeant donc à l’opposé du doigt de Koh Bon.

Nous croisons une faune nocturne assez semblable à celle rencontrée la veille lors de notre plongée de nuit sur Koh tachai: Poissons perroquets endormis, poissons-scorpions etc.

Plongée en Thailande : Poisson perroquet endormi pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Plongée en Thailande : Poisson perroquet endormi pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Plongée en Thailande : Poisson scorpion pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Plongée en Thailande : Poissons-scorpions pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Et au sujet des poissons-scorpions, en y regardant d’un peu plus près, on pourrait presque discerner un nez et des narines sur l’individu de la photo. Étonnant anthropomorphisme…

Nous poursuivons notre exploration en rasant le fond, dans l’obscurité totale de ce récif, frôlés de temps à autres par quelque méduse que n’avons pas vu venir.
Cette nuit semble également celle des holothuries. Elles sont nombreuses à se promener sur le sable, holothurie ananas (Thelenota ananas) ou holothurie rayée (Pearsonothuria graeffei), mais contrairement à leur habitude, ces dernières se dressent ici sur leur séant, comme pour mieux voir à l’horizon…

Plongée en Thailande : holothurie à fourrure en phase de reproduction pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Plongée en Thailande : holothurie rayée en phase de reproduction pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Il s’agit pour elles du moment de la reproduction, peut-être à l’approche de la pleine lune… Cette espèce d’holothurie présente en effet un mode de reproduction sexué, et la fécondation a lieu en pleine eau, chaque individu, mâle ou femelle, projetant ses gamètes alentour. Leur posture dressée caractéristique s’explique par la localisation de l’orifice génital près de la bouche, permettant ainsi d’assurer une meilleure diffusion des gamètes qu’avec leur position habituelle à ras de sable…
Il s’agit en tous les cas d’un spectacle étonnant qui se déroule dans les ténèbres de cette mer d’Andaman, avec, aussi loin que porte le faisceau de nos torches, tous ces corps de concombres de mer dressés dans cette position inhabituelle, unis dans un synchronisme parfait, comme  répondant à un appel secret et mystérieux venu du fond des ages pour assurer la pérennité de l’espèce…

Mais si le spectacle de cette orgie d’échinodermes a de quoi émouvoir le plongeur, il semble par contre laisser parfaitement indifférents les autres habitants du récif…
Les crevettes nettoyeuses continuent d’attendre un éventuel client, tandis que les langoustes (Panulirus versicolor) émergent de leur tanière toutes antennes dehors, et les rascasses volantes (Pterois antennata) poursuivent leur nonchalante randonnée, probablement dans l’attente de quelque proie à se mettre sous la mâchoire…

Nous poursuivons notre plongée sur Koh Bon, prenant un peu de profondeur (vers 20m) en nous éloignant vers le large, en direction du Nord, toujours en slalomant entre les gros blocs de rochers qui parsèment le fond sableux.
Un gros poulpe timide croise notre route, essayant tant bien que mal de se fondre dans le paysage en adaptant sa coloration…

Plongée en Thailande : Poulpe pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Plongée en Thailande : Poulpe pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Mais ce qui m’intrigue le plus c’est la couleur de cet étrange poisson bleu caché sous un rocher. Sa forme m’est parfaitement familière puisque l’on dirait un sergent-major, appelé ainsi en raison des barres parcourant son corps en évoquant le grade du même nom, pourtant j’ignorais qu’il pouvait en exister de cette couleur…

Plongée en Thailande : Poisson bagnard (Abudefduf vaigiensis) pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Plongée en Thailande : Poisson bagnard (Abudefduf vaigiensis) pendant une plongée de nuit à Koh Bon

Il s’agit en fait du poisson-bagnard (Abudefduf vaigiensis), un proche cousin du sergent-major. Dans la journée il s’habille avec la livrée classique de ce dernier, mais la nuit, ainsi qu’en période de reproduction, il change de coloration et prend une teinte bleutée…

Mais cela fait déjà presque une heure que nous sommes sous l’eau, ce qui fait beaucoup pour la quatrième plongée de la journée, d’autant que nous avons quasiment touché les 20 mètres de profondeur. Il est donc plus que temps de regagner la surface…

Je trouve tout de même encore le temps de jeter un coup d’œil sur les crabes du coin. Le premier, à la palette de couleurs tout à fait étonnante, m’est parfaitement inconnu (si un spécialiste passe par ici ou si quelqu’un à une petite idée, merci de laisser un commentaire…), mais le second est un crabe trapèze (Trapezia rufopunctata) qui vit surtout dans les coraux de type Pocillopora. On le confond parfois avec le crabe porcelaine, mais ce dernier possède des pinces plus grosses, des taches plus petites, et est symbiotique de quelques espèces d’anémones, à ma connaissance pas des Pocillopora… Drôle de look quoi qu’il en soit pour ce petit crabe, puisqu’on le dirait vêtu d’une petite robe à pois à la mode des années 50. très chic !

A la surface plus aucune méduse ne nous attend. Le courant, assez intense, qui passe ici et contourne l’ile de Koh Bon, les a sans aucun doute emportées vers d’autres rivages.
Nous regagnons le Bunmee III avec une faim de loup puisqu’il est déjà près de 20h30, mais après une aussi belle plongée, personne dans notre petit groupe d’intrépides n’a de regrets d’avoir bravé les méduses…

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
2 Partages
Partagez2
Tweetez
Épinglez
+1