Votre mot de passe vous sera envoyé.

Au beau milieu du détroit de Lintah, un petit îlot semble perdu parmi les flots: Payung. Situé juste entre Padar et le Nord de Rinca, c’est là que nous allons achever aujourd’hui cette magnifique croisière plongée à Komodo en y effectuant notre dernière immersion…

Le soleil n’a pas encore fait son apparition au dessus du parc de Komodo, lorsque le Tidak Apa Apa lève l’ancre du mouillage de Loh Dasami, la baie du fer à cheval, où nous nous étions installés il y de cela quelques jours déjà.  Il s’agit de notre dernière aube dans ce bout de monde perdu, puisque aujourd’hui nous reprenons la direction de Labuan Bajo, où vont se terminer ces douze jours de croisière plongée à Komodo. Bientôt le Tidak s’engage dans le détroit de Lintah, et met le cap plein Nord, luttant courageusement de toute la force des 210 chevaux de son moteur Cummins contre le redoutable courant qui y sévit la plupart du temps. D’ailleurs « Lintah » signifie sangsue en dialecte Bahasa, en référence à la puissance du courant qui peut littéralement « sucer » toute la puissance d’un navire, même moderne, le faisant reculer lorsqu’il s’y engage pour un voyage à contre marée. C’est pourtant là que nous allons plonger, sur le versant Sud-Ouest du petit îlot de Payung

Plongée à Komodo : Lever de soleil sur le parc de Komodo

Plongée à Komodo : Lever de soleil sur le parc de Komodo

Nous atteignons Payung en fin de matinée, et embarquons aussitôt avec notre équipement dans l’annexe du Tidak pour nous rapprocher du rocher. Celui-ci s’enfonce verticalement sous la surface jusqu’à une quinzaine de mètres de profondeur, avant de se transformer en plaine, descendant en pente douce pour gagner les quarante mètres.
Nous effectuons à l’unisson notre désormais parfaitement rodée bascule arrière, puis descendons le long du tombant avant de longer la plaine en nous éloignant vers l’Ouest pour atteindre une trentaine de mètres. Nous avons prévu de passer un peu de temps à cette profondeur, puisque l’on croise parfois sur cette plaine quelques mantas, ce qui nous permettrait d’achever en beauté cette série de trente sept plongées dans le parc de Komodo. Le sol à cet endroit est jonché de coraux brisés, ressemblant trait pour trait à notre précédente plongée sur Karang Makasar (lire ICI) où nous avions justement aperçu plusieurs manta. Tout en gardant un œil sur le bleu pour tenter d’y apercevoir les visiteuses que nous attendons, je farfouille les coraux afin de tenter d’y dénicher quelque nouvelle créature étrange. Mais malheureusement ni créatures, ni manta à l’horizon, et au bout de dix minutes d’attente, je commence à m’ennuyer sérieusement…

Heureusement à cette profondeur nous approchons rapidement de la limite de la plongée sans décompression, aussi ne tardons nous pas à reprendre notre route, gagnant cette fois le Nord-Ouest du site, explorant l’extrémité du tombant vers 15-20 mètres.
A cet endroit résident de nombreux nudibranches, essentiellement de gros Nembrotha purpureolineata déjà croisés à de nombreuses reprises dans les eaux du parc de Komodo, mais j’y fais également de nouvelles rencontres comme cette petite Phyllidia picta, pas facile à distinguer des autres phyllidia tant leur aspect est proche. Et puis il y a également cette minuscule joruna inconnue qui ressemble presque à un petit lapin blanc tacheté de noir tant l’aspect de son manteau, comme recouvert de poils, fait penser à une peluche…

Arrivés à la pointe de Payung, nous prolongeons notre plongée sur les nombreux pinacles qui jonchent le Nord-Ouest du site. Totalement verticaux, ils prennent la forme de gros blocs rocheux mesurant près de vingt mètres de hauteur, créant de nombreux et étroits canyons parmi lesquels nous déambulons. Malgré une visibilité réduite (5-10 mètres), le spectacle est magnifique avec ces immenses murs recouverts de coraux mous, de gorgones ou de crinoïdes, aux pieds desquels se tient parfois une de ces étranges holothuries pomme de mer, totalement sphérique et aux vives couleurs mêlant le rouge, le bleu et le jaune.

Plongée à Komodo Holothurie pomme de mer (Pseudocolochirus violaceus) à Payung

Plongée à Komodo Holothurie pomme de mer (Pseudocolochirus violaceus) à Payung

Plus délicates, de nombreuses ascidies jettent des touches de couleur jaune dans le paysage. Je suis, comme à chaque fois, sous le charme de ces petits animaux, nos plus proches parents dans le monde des invertébrés puisqu’ils disposent d’organes complexes, et même d’une colonne vertébrale lorsqu’ils se trouvent à l’état larvaire. Leur structure quasi transparente laisse entrevoir un fin veinage, blanc ou jaune selon les espèces. Splendide…

Nous croisons par contre relativement peu de poissons, en dehors des sempiternels poissons-scorpions, et puis au détour d’un canyon, ce toujours très majestueux poisson-ange empereur, avec son masque noir bordé de bleu entourant ses yeux…

Plongée à Komodo : Poisson-ange empereur (Pomacanthus imperator) à Payung

Plongée à Komodo : Poisson-ange empereur (Pomacanthus imperator) à Payung

Nous continuons ainsi notre déambulation parmi les canyons de Payung, et je savoure chaque minute de cette dernière plongée à Komodo. Comme à chaque fois que je dois quitter une région, j’ai un petit pincement au cœur lors de la dernière plongée, essayant de m’imprégner au maximum de son ambiance et de ses paysages, tentant de prolonger l’immersion jusqu’à la dernière bouffée d’air. Mais la surface finit toujours par gagner, et je dois remonter après 66 minutes de cette très belle plongée à Payung, plongée finalement assez facile et sans trop de courant dans la mesure où les nombreux canyons permettent de s’en protéger. Toutefois, en raison de sa profondeur, de sa situation isolée et d’un courant pouvant se révéler violent si l’on n’y plonge pas à la bonne marée, Payung sera plutôt réservé à des plongeurs confirmés.

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Payung

Plongée à Komodo : Paysage sous-marin de Payung

A l’issue de cette ultime plongée à Komodo, le Tidak Apa Apa lève l’ancre une dernière fois en direction du Nord, vers Labuan Bajo d’où nous reprendrons l’avion le lendemain pour Bali. Nous occupons ce temps mort par un petit détour par le parc des rangers, sur l’île de Rinca, où nous rendrons une petite visite aux célèbres dragons de Komodo.

Ces douze jours de croisière plongée nous auront permis de sillonner de long en large le parc de Komodo, visitant les plus beaux de ses sites de plongée sous-marine (pour ceux qui prennent les posts en cours de route, le parcours de cette croisière plongée se trouve ICI), et découvrant sa nature sauvage, presque intacte, tant au-dessus qu’au-dessous de la surface. Je mesure pleinement le privilège d’avoir pu découvrir cet environnement exceptionnel (réserve de biosphère et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO), recelant une incroyable biodiversité, matérialisée par une faune d’une richesse inouïe. Certes les courants rendent parfois les plongées un peu acrobatiques, mais des guides connaissant parfaitement la région permettront d’en éviter les pièges en choisissant les sites en fonction des marées et du niveau des plongeurs. Pour ma part j’en reviens donc ravi et la tête pleine de souvenirs inoubliables, espérant pouvoir retremper un jour mes palmes dans ce merveilleux paysage…

 

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1