Spread the love

A l’extrême pointe septentrionale du désert de Basse-Californie, Cabo San Lucas exhibe sa célèbre arche, marquant l’endroit précis où la mer de Cortez rejoint l’Océan Pacifique. Ce cap, baptisé “Land’s end” par les locaux, sert de théâtre d’affrontement aux forces de la nature, lorsque les lames du pacifique viennent exploser en puissants rouleaux  sur les plages de sable blond, où se briser avec fureur contre les falaises abruptes pour y sculpter de somptueux paysages aux formes les plus improbables…

Plongée au Mexique: Rocher dans la baie de Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Rocher dans la baie de Cabo San Lucas

Cabo San Lucas

Protégée du tumulte de l’océan Pacifique par ce “cap du bout de la terre”, la ville de Cabo San Lucas niche au bord d’une petite baie paisible, abritant une marina riche de centaines d’embarcations formant un patchwork multicolore, attendant bien sagement le client, dans ce paradis de la pêche au gros, fréquenté en grande partie par de fortunés touristes américains.

Plongée au Mexique: La marina de Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: La marina de Cabo San Lucas

Et la morphologie de la ville s’en ressent, car si Cabo San Lucas elle-même a su conserver une partie de son authenticité historique, le long fronton de mer qui la sépare à l’Est de San José del Cabo et que l’on nomme “El Tourist Corridor”, se pare désormais de buildings flambants neufs, avalant et recrachant chaque jour des hordes de touristes en chemise à fleurs, faisant ressembler ce qui hier encore était un coin de désert aride, à l’une de ces villes balnéaires mexicaines dénuée d’âme et de charme comme le sont Cancun, Playa del Carmen ou encore Acapulco
Autant dire que je me trouve ici autant dans mon élément qu’un poisson hors de l’eau… et surtout quel contraste avec le véritable coin de paradis que constitue le parc de Cabo Pulmo (Lire l’article ICI), à l’extrémité Est de cette pointe de Baja California, et que je viens de quitter il y a 2 heures à peine…

Mais si Cabo San Lucas jouit d’une telle réputation dans le monde des pêcheurs, ce n’est pas par hasard, et ses eaux regorgent d’une faune pélagique aussi abondante que variée…
Pour la découvrir, la meilleure option reste les safaris organisés par Pelagic Fleet, dirigée par le talentueux photographe Jorge Cervera Hauser dont je vous invite vivement à découvrir les photos sous-marines sur Instagram.

Pour se convaincre de cette richesse, il suffit de jeter un simple coup d’œil au calendrier de la faune qu’ils ont établit. Impressionnant !

Pelagic Safari Species Circle ENG

Pour ma part j’ai entrepris avec eux un daily shark safari, mais la période de début septembre n’étant pas la plus propice, après 4 heures de chumming intense au beau milieu du Pacifique, force nous a été de constater que nul requin n’était intéressé par notre mixture de viscères et de sang de poisson pourtant bien odorante, et que cette dernière n’avait réussi à attirer que quelques oiseaux n’hésitant pas à plonger à plusieurs mètres sous la surface pour aller y récupérer quelques morceaux. Et dire que certains croient encore que les requins sont de retoutables prédateurs, en permanence à l’affût sous la surface de nos océans, guettant le moindre orteil qu’ils pourraient négligemment mettre à tremper pour se jeter dessus 😉

Plongée au Mexique: Oiseau plongeur au large de Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Oiseau plongeur au large de Cabo San Lucas

La plongée à Cabo San Lucas

Les sites de plongée de Cabo San Lucas se situent pour l’essentiel dans la baie elle-même, à quelques minutes à peine de navigation depuis la marina. La plupart sont accessibles aux plongeurs de tous les niveaux (très faible profondeur et absence de courant), et le plus emblématique de la baie, Pelican Rock, reste le plus fréquenté de tous, notamment par les cours Open Water.
Peu d’intérêt donc pour les plongeurs chevronnés, à l’exception du site le plus septentrional, surnommé lui aussi sans surprise Land’s end
La plongée s’y déroule autour d’un gros rocher isolé qu’une otarie a visiblement choisi comme lieu de repos privilégié (je l’ai vue tous les jours étalée de tout son long sur son sommet de) juste aux pieds de l’impressionnante falaise qui marque la fin de Baja California.

Plongée au Mexique: Otarie (Zalophus californianus) prenant le soleil sur un rocher à Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Otarie (Zalophus californianus) prenant le soleil sur un rocher à Cabo San Lucas

A cet endroit non protégé le courant peut parfois être violent, donc à réserver de préférence aux plongeurs expérimentés. Autour du rocher s’étale une vaste plaine sableuse, sur laquelle on trouve régulièrement différentes espèces de raies. Dans le bleu se sont les bancs de sardines qui prédominent, parfois en nombres impressionnants, escortés par les prédateurs les plus divers dont la carangue crevalle (Caranx hippos), mais aussi l’impressionnant “Rossterfish”, le poisson-coq (Nematistius pectoralis) et même parfois quelques dorades coryphènes (Coryphaena hippurus).

Plongée au Mexique: Carangue crevalle (Caranx hippos) sur le site de Lands End à Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Carangue crevalle (Caranx hippos) sur le site de Lands End à Cabo San Lucas

Les otaries peuvent aussi être régulièrement croisées sous l’eau à Land’s end, notamment dans les petites grottes situées sur le versant Est de la falaise où elles aiment descendre pour une micro sieste.

Et puis les plus chanceux croiseront peut-être ici le spectacle magnifique d’un banc de raies mobulas en plein vol. J’ai rencontré ce groupe de plusieurs centaines d’individus ici même lors de la dernière minute du palier de sécurité. La visibilité ce jour là était tellement mauvaise qu’elles sont apparues juste au dernier moment, à quelques mètres seulement de notre palanquée, et c’est bien la première fois que je me suis félicité d’être équipé d’un Suunto un peu conservateur qui m’avait rajouté une minute supplémentaire de pallier… Sans lui nous serions remonté sur le bateau sans avoir pu assister à ce somptueux défilé…

Plongée au Mexique: Banc de raies Mobulas sur le site de Lands End à Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Banc de raies Mobulas sur le site de Lands End à Cabo San Lucas

Une autre zone importante de plongée à Cabo San Lucas se situe le long du fameux “corridor”. On y recense plusieurs sites composés pour la plupart de barres rocheuses recouvertes de corail, une topographie un peu similaire à celle de Cabo Pulmo, où l’on retrouve la faune habituelle de la mer de Cortez.

Et puis il y a enfin le mythique Gordo banks,  situé bien plus à l’Est, à une dizaine de miles au large de Cabo san José, et qui prend la forme de pinacles sous-marins dont les sommets culminent entre 36 et 55 mètres sous la surface, avec un courant souvent très violent qui oblige à réaliser des entrées négatives. Site réservé aux plongeurs expérimentés (un minimum de 100 plongées est généralement demandé par les dive shops locaux pour vous y emmener) mais la récompense se trouve au rendez-vous puisque l’on y croise pêle-mêle requins marteaux, requins baleines, requins soyeux, raies aigles, mobulas etc.

La marina de Cabo San Lucas

Pendants vos intervalles de surface, ne négligez pas la marina de Cabo San Lucas. Outre les sempiternels rabatteurs plutôt déplaisants qui vous aborderont tous les 10 mètres pour vous proposer un quelconque tour en bateau ou une partie de pêche, vous y croiserez également une faune assez riche puisque pélicans et otaries n’hésitent pas à venir s’y prélasser bien à l’abri du tumulte de l’océan pacifique, et se laissent volontiers approcher (pas trop près quand même !) .

Plongée au Mexique: Pélican dans la marina de Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Pélican dans la marina de Cabo San Lucas

Et du côté des otaries vous croiserez sans doute Pancho, un gros mêle devenue la véritable célébrité locale de la marina…

Plongée au Mexique: Otarie (Zalophus californianus) dans la marina de Cabo San Lucas

Plongée au Mexique: Otarie (Zalophus californianus) dans la marina de Cabo San Lucas

Voir ICI les autres destinations plongée au Mexique

Cabo San Lucas: Galerie de photos

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de