Votre mot de passe vous sera envoyé.

Pas très loin au Nord du magnifique site de plongée de Western Rocky (lire l’arche de Western Rocky), l’archipel Mergui cache sous la surface de la mer d’Andaman  un autre de ces petits trésors dont il a décidément le secret: Dendro Peak

Ma montre indique tout juste 7h30 du matin lorsque nous nous mettons à l’eau. Comme les autres jours, je ne me suis vraiment réveillé qu’en enfilant ma combinaison encore humide de la veille, après un café rapidement avalé. Le petit déjeuner ce sera pour plus tard… Mais même encore embrumé par le sommeil, les automatismes reprennent rapidement le dessus: vérification de la pression de la bouteille, test des détendeurs, essai de gonflage/dégonflage de la stab, mesure du taux d’oxygène de mon mélange Nitrox et paramétrage en conséquence de l’ordinateur de plongée, signature de la feuille de palanquée… me voici prêt à me glisser dans ma combinaison et à enfiler mon bloc pour enfin me diriger vers la plateforme de mise à l’eau, à l’arrière du MV Thai Sea.

La surface de la mer d’Andaman reste désespérément déserte, et pour cause puisque Dendro Peak est un véritable pic sous-marin, un « pinnacle » comme disent les anglo-saxons, dont le sommet se trouve bien loin de la surface, culminant à 15 mètres de cette dernière. Avec le courant qui règne dans les parages (c’est aujourd’hui la pleine lune !), cela signifie immersion négative, immédiatement suivie d’une descente au compas en plein bleu, en essayant de ne pas trop dévier de la trajectoire pour atterrir pas trop loin du pied de la montagne…

Plongée au Myanmar : Plan de plongée de Dendro peak dans l'archipel Mergui

Plongée au Myanmar : Plan de plongée de Dendro peak dans l’archipel Mergui

Mais comme toujours le capitaine a parfaitement manœuvré, anticipant sur le courant pour nous larguer en amont de notre point d’atterrissage, et il ne nous reste plus qu’à nous laisser dériver lors de notre descente rapide pour nous faire ramener pile poil là où nous souhaitions arriver 🙂

Nous nous trouvons vers trente mètres de profondeur, sur une petite pente sableuse jonchée de gigantesques gorgones oranges et de gros blocs rocheux, probablement des vestiges des temps lointains où Dendro Peak culminait bien au-dessus de la surface.

Plongée au Myanmar: Gorgone à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Gorgone à Dendro peak

Nous entamons notre exploration en descendant jusqu’à 35 mètres de profondeur, longeant la base du pic à main droite, ce dernier nous protégeant du courant. Ici les gorgones ne sont plus les seules à illuminer de leur belle couleur orange le paysage alentour, puisque de grands buissons de corail noir (Anthipates dichotoma) tentent de leur voler la vedette. En effet, et contrairement à ce que leur nom laisse à penser, ces buissons se présentent sous une belle apparence orange, un peu comme des flammes dans lesquelles viendraient danser des nuées d’anthias ou de demoiselles. Cette appellation trompeuse provient en fait de leur squelette, formé d’une sorte de chitine et non de calcaire, qui est de couleur noire. On les rencontre généralement à partir de 30 mètres de profondeur, puisque, contrairement à d’autres espèces de corail, leur organisme n’assimile pas d’algues zooxanthelles et ils n’ont donc pas recours à la photosynthèse pour se nourrir, ce qui leur permet d’occuper des zones à faible luminosité ou à plus grande profondeur.

Plongée au Myanmar: Corail noir (Anthipather dichotoma) à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Corail noir à Dendro peak

Mais à cette profondeur nos ordinateurs commencent à se rapprocher rapidement de la zone de déco, et nous entamons bientôt notre ascension. Comme toujours sur les sites de plongée possédant cette topographie, l’objectif consiste à gagner rapidement la plus grande profondeur, généralement à la base du pinnacle que l’on explore jusqu’à la limite des paliers de décompression (plongée Padi oblige…), puis à remonter lentement en faisant des boucles concentriques de plus en plus petites au fur et à mesure que l’on se rapproche de son sommet.

La faune que je croise pour le moment reste assez classique, avec beaucoup de poissons-scorpions et j’en profite pour tester des éclairages un peu plus « créatifs », comme avec ce bestiau posé sur une gorgone que je tente d’éclairer par dessous afin d’en faire ressortir la fine dentelle. Malheureusement mes possibilités se révèlent assez limitées puisque je ne dispose toujours que d’un seul flash, le condensateur du second, absolument neuf dans la mesure où il n’avait que douze plongées, ayant brutalement décidé de rendre l’âme quelques semaines auparavant… D’ailleurs au jour où j’écris cet article, soit plus de 3 mois après, je n’ai toujours aucune nouvelle du fabricant, malgré que l’appareil soit supposé garanti contre les défauts de fabrication… Bel exemple de gestion de la relation client et de qualité du service après-vente pour cette marque japonaise pourtant archi-renommée en photo sous-marine 🙁   Comme quoi…

Plongée au Myanmar: Rascasse volante à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Rascasse volante à Dendro peak

Quasi invisibles, les poissons-pierres se posent quant-à eux à même la roche de Dendro Peak, au milieu des nombreux alcyonaires, ce qui les rend parfaitement indétectables puisque leur corps présente cette coloration brun-beige du rocher, alors que l’extrémité de la queue et des nageoires, ainsi surtout que leurs grosses lèvres lippues à l’allure de bimbo-sur-le-retour botoxée à l’extrême, se confond avec celle des coraux environnants.
Ils sont parfaitement inoffensifs si on ne les dérange pas, mais pourtant quasi-mortels pour le plongeur imprudent qui irait par mégarde poser la main dessus. Comme d’habitude en plongée sous-marine donc, on ouvre grands les yeux et on évite de toucher quoi que se soit… ce qui est souvent plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsque l’on fait de la photo sous-marine

Plongée au Myanmar: Poisson-pierre à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Poisson-pierre à Dendro peak

Nettement plus visibles, même dans cette demi obscurité, les girelles paons (Thalassoma lunare) s’en donnent à cœur joie, passant entre les alcyonaires comme des bolides en jetant alentour des éclairs de couleur issus de leur magnifique robe à dominante verte, mais quelquefois bleue chez les mâles plus âgés…

Plongée au Myanmar: Girelle paon (Thalassoma lunare) à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Girelle paon (Thalassoma lunare) à Dendro peak

A force de tourner autour de Dendro Peak en remontant, nous voici arrivés presque au sommet, lorsque un groupe de seiches surgit derrière un surplomb du rocher, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils brillent de mille feux, passant par toutes les couleurs de l’arc en ciel en quelques secondes à peine… il s’agir probablement de la période d’accouplement, et les deux mâles (les animaux de la photo présentant les zébrures les plus prononcées au niveau du manteau) sont tout simplement en train d’exécuter une magnifique parade nuptiale, tentant de séduire la femelle à grand renfort de strass et de paillettes, tout en essayant de s’impressionner mutuellement afin de décourager l’autre prétendant… Il s’agit d’un véritable show auquel j’assiste, parfois interrompu quelques secondes par l’un des deux mâles se tournant vers moi d’un air menaçant, comme pour m’interdire d’entrer dans la compétition…

Plongée au Myanmar: Seiches à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Seiches à Dendro peak

Malheureusement je ne connaîtrai jamais l’issue de ce duel amoureux, mes réserves d’air ayant été fortement mises à mal par la profondeur de ce début de plongée sur Dendro Peak, et c’est bien à contrecœur que je dois poursuivre ma remontée si je ne veux pas tomber en carafe en plein milieu de mon palier de sécurité…

Je dépasse bientôt le sommet de Dendro Peak, recouvert d’anémones et d’alcyonaires bariolés parmi lesquels évoluent gracieusement quelques rascasses volantes, pour une fois pas trop farouches. Ici en Asie elles font nettement moins les malines qu’aux caraïbes où, espèce invasive introduite par accident lors de l’ouragan Katrina, elles n’ont quasiment aucun prédateur et se montrent donc particulièrement insouciantes…

Plongée au Myanmar: Rascasse volante à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Rascasse volante à Dendro peak

Au sommet de Dendro Peak nous quittons la protection du rocher, et le le courant en profite pour se saisir de nous et nous emporter dans le bleu, mais ayant bientôt perdu tout repère visuel, nous nous rendons à peine compte de notre dérive. De toute manière le MV Thai Sea doit venir nous récupérer, et nous nous contentons de gérer notre remontée, prenant soin de nous arrêter à 5 mètres de la surface pour un traditionnel palier de sécurité…

Très belle plongée donc que Dendro Rock, (mais comme d’ailleurs la plupart de ces plongées au Myanmar), une montagne sous-marine tout ce qu’il y a de plus classique, dotée de magnifiques paysages et d’une faune des plus intéressante, avec notamment cette merveilleuse parade nuptiale de seiches à laquelle j’ai assisté pour la première fois…
Toutefois, la profondeur assez importante du site (le fond se situe entre 30 et 40 mètres), ainsi que le courant généralement violent, et la nécessité de réaliser immersion négative et palier en plein bleu, le destine plutôt à des plongeurs chevronnés, au minimum N2 ou Advanced Open Water…

Plongée au Myanmar: Rascasse volante et plongeur à Dendro peak

Plongée au Myanmar: Rascasse volante et plongeur à Dendro peak

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des
Partagez
Tweetez
Enregistrer