Votre mot de passe vous sera envoyé.

Cette croisière-plongée au Myanmar touche désormais à sa fin. Nous y aurons parcouru dans tous les sens le sauvage archipel Mergui, dans le Nord de la mer d’Andaman, croisant à la surface des paysages magnifiques faits d’îles de cartes postales bordées de plages de sable blond, et rencontrant sous l’eau une faune aussi dense que variée, depuis les minuscules crevettes arlequins jusqu’aux gigantesques mantas océaniques. Mais avant de rentrer il nous reste une toute dernière plongée: Seahorse city… et comme son nom l’indique, on s’attend bien sûr à y dénicher quelques hippocampes…

Seahorse city se situe au Sud de Cocks comb island, une petite île qui présente la particularité d’abriter un ancien volcan, communiquant avec la mer par un étroit passage dans la falaise qui le borde. Vu du ciel, ce cratère ressemble à un cœur d’émeraude qu’on serait venu épingler sur un écrin de verdure, lui même posé au beau milieu de l’immensité bleue de la mer d’Andaman.

Plongée au Myanmar : Vue aérienne de Seahorse city dans l'archipel Mergui

Plongée au Myanmar : Vue aérienne de Seahorse city dans l’archipel Mergui

Crédit photo : Franck Fogarolo – The Smiling Seahorse

Mais depuis le pont du MV Thai Sea nous n’apercevons pour le moment qu’une haute falaise de calcaire sur laquelle le soleil naissant vient jeter sa poudre dorée, avec à sa base la petite ouverture qui permet au lagon de communiquer avec la pleine mer.

Plongée au Myanmar : Vue depuis la surface de Seahorse city dans l'archipel Mergui

Plongée au Myanmar : Vue depuis la surface de Seahorse city dans l’archipel Mergui

Nous nous mettons rapidement à l’eau, l’heure très matinale nous permettant d’éviter les hordes de snorkeleurs qui vont débarquer ici un peu plus tard, la topographie des lieux faisant de ce site un endroit très prisé des excursions à la journée qui partent de Ranong.

Notre objectif consiste à pénétrer dans le lagon par cette ouverture dans la paroi, histoire de faire un rapide tour du lagon puisque l’on y trouve quelquefois des bébés requins (des pointes noires), puis à en ressortir pour explorer juste à sa sortie Seahorse city, qui se présente sous la forme d’un mur recouvert de corail, plongeant verticalement jusqu’à 25 mètres de profondeur, et sur lequel on trouve toute sorte de créatures, généralement pas bien grosses…

Plongée au Myanmar : Plan de plongée de Seahorse city dans l'archipel Mergui

Plongée au Myanmar : Plan de plongée de Seahorse city dans l’archipel Mergui

Nous effectuons en capelé la cinquantaine de mètres qui nous sépare du cratère, passant sous l’imposante voûte creusée dans la falaise. De l’autre côté la profondeur diminue rapidement, et il nous faut vraiment rester au beau milieu de notre trajectoire pour survoler sans les abîmer, quelques centimètres à peine au-dessus d’eux, les coraux durs qui tapissent le fond. Nous parcourons pendant 10 bonnes minutes le lagon dans tous les sens, mais impossible de trouver les bébés pointes-noires. Soit ils sont bien trop malins pour nous, soit ils ne sont pas là aujourd’hui 🙁

Un peu déçus nous prenons le chemin de la sortie, empruntant en sens inverse le même itinéraire qu’à l’aller, mais cette fois en nous immergeant lors du passage de la falaise afin de suivre la pente qui doit nous amener jusqu’au mur de Seahorse city. Je croise, posé sur le fond, un bien étrange animal tout biscornu et qui ne ressemble vraiment à rien… On dirait une espèce d’étoile de mer toute chiffonnée et dotée de bras boudinés terminés par des moignons. L’animal présente par contre une magnifique coloration, faite de brun rougeâtre teinté de reflets bleutés iridescents.
Il s’agit d’une coriocelle (Coriocella hibyae), un gastéropode dont la taille peut atteindre 10 centimètres et dont la coquille, interne, est par conséquent invisible, ce qui lui donne l’aspect d’un gros nudibranche. Il dispose d’une tête, mais dans toutes ces boursouflures, ne me demandez pas où elle se trouve…

Plongée au Myanmar: Coriocella hibyae à Seahorse City

Plongée au Myanmar: Coriocella hibyae à Seahorse City

Nous atteignons rapidement le bord du mur, et nous basculons pour continuer notre descente, gagnant ainsi le fond et nous mettant à explorer le tombant à main droite.
Le moins que l’on puisse dire c’est que la visibilité n’est vraiment pas bonne, mais tant mieux! C’est dans ces conditions que l’on a le plus de chance de croiser quelques bestioles intéressantes 😉

Pourtant pas grand chose à voir pour le moment en dehors des habituels résidents de l’Indo-pacifique : Crevette mante paon, murènes de java, rascasse volante etc…

Plongée au Myanmar: Crevette-mante paon à Seahorse City

Plongée au Myanmar: Crevette-mante paon à Seahorse City

Pourtant nous nous obstinons, et c’est Camille, notre guide, qui repère le premier hippocampe, caché derrière un alcyonaire pourpre, la queue accrochée à un corail chaîne de vélo. Difficile pour lui de passer inaperçu dans ce tableau avec sa livrée jaune !
Il s’agit très probablement d’Hippocampus comes, que l’on appelle également parfois hippocampe à queue de tigre en raison des rayures qui ornent cette dernière. « Timide » il tente de se dérober à nos regards, baissant la tête et essayant de se dissimuler derrière les coraux. Je n’insiste pas, lui tirant juste deux ou trois portraits, flash au minimum, avant de reprendre ma progression.

Plongée au Myanmar: Hippocampe à Seahorse City

Plongée au Myanmar: Hippocampe à Seahorse City

Nous en croiserons un second un peu plus loin, vraisemblablement de la même espèce, mais cette fois bien dissimulé dans un corail noir. Pas facile d’aller lui tirer le portrait là-dessous, surtout avec des flashs situés à l’extrémité de bras déportés… Mais encore une fois tant mieux puisqu’on ne le répétera jamais assez: les hippocampes sont extrêmement sensibles au stress qui peut provoquer chez eux des crises cardiaques ou favoriser le développement de maladies à plus long terme, et moins on les embête mieux c’est, surtout qu’ils redoutent particulièrement l’éclair des flashs. Même réglés au minimum, j’ai à chaque fois un véritable cas de conscience lorsque je presse le déclencheur, tentant de limiter le nombre de prises et de détaler au plus vite…

Plongée au Myanmar: Hippocampe à Seahorse City

Plongée au Myanmar: Hippocampe à Seahorse City

Mais en dehors des hippocampes, la faune de Seahorse City recèle encore bien d’autres trésors, et notamment pas mal de juvéniles comme ces deux là : celui du poisson-ange empereur (Pomacanthus imperator) est un véritable agité du bocal qui ne tient pas en place et se cache lui aussi dans la pénombre pour tenter d’échapper à ses prédateurs. Pas toujours facile non plus de le prendre en photo !

Plongée au Myanmar: Poisson-ange empereur juvénile à Seahorse City

Plongée au Myanmar: Poisson-ange empereur juvénile à Seahorse City

Le juvénile de poisson coffre (Ostracion cubicus) se promène quant-a lui en pleine lumière, mais son extrême timidité le tient éloigné des caméras, et il s’obstine résolument à me tourner le dos en s’éloignant de mon objectif. Difficile de trouver un bon angle pour lui tirer le portait ! Quoi qu’il en soit, au vu de sa taille minuscule et de sa forme très arrondie, celui-ci est sans aucun doute un très jeune juvénile à peine sorti du stade larvaire…

Plongée au Myanmar: Poisson-coffre juvénile à Seahorse City

Plongée au Myanmar: Poisson-coffre juvénile à Seahorse City

Très belle plongée donc que Seahorse city, même si avec un nom pareil je m’attendais à y trouver un peu plus d’hippocampes et surtout un peu plus de variété dans les espèces rencontrées, mais les nombreux juvéniles que l’on y croise compensent plus que largement !

Quoi qu’il en soit elle termine de la meilleure manière cette croisière plongée au Myanmar (voir l’itinéraire complet de la croisière dans l’article « Voyage plongée au Myanmar« ), et sitôt la surface regagnée, le MV Thai Sea appareillera pour mettre le cap sur le continent, Kawthong pour commencer où nous attendent les autorités birmanes pour les formalités de sortie du territoire, puis Ranong, en Thaïlande, où nous débarquerons pour écrire le mot fin de cette superbe aventure de huit jours au milieu des magnifiques paysages de l’archipel Mergui, aussi bien au-dessus qu’en dessous de la surface !

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1