Votre mot de passe vous sera envoyé.

Pour cette nouvelle journée de plongée à Anilao, j’ai demandé à notre guide de nous emmener du côté de Cavan cove, de l’autre côté du détroit de Maricaban, et juste au Sud de Caban island où il parait que l’on croise souvent un étrange rhinopias mauve…

Il n’est pas tout à fait 8 heures du matin lorsque nous embarquons dans la bangka du Buceo Anilao Resort pour effectuer les 20 minutes de traversée qui nous séparent de l’île de Maricaban et nous immerger aussitôt. Je n’ai encore jamais croisé de rhinopias, mais les descriptions que j’en ai entendues ont largement éveillé ma curiosité. J’ai hâte de croiser le bestiau !

Comme beaucoup de sites des environs, Cavan cove se présente sous la forme d’un talus plongeant vers les profondeurs pour se transformer en une vaste plaine sableuse. Mais cette fois nous devrons descendre un peu plus que d’habitude, puisque le rhinopias a établi son territoire entre trente et quarante mètres de profondeur. Notre guide prend les devants et s’enfonce le premier, pendant que nous cerclons dix à quinze mètres au-dessus de lui afin d’économiser le maximum d’air, attendant son signal pour descendre.
Par chance il trouve le rhinopias assez vite, et lorsque je le vois à mon tour, je comprends pourquoi: Avec son étrange couleur mauve, il tranche considérablement sur le substrat clair. Difficile de croire que ses proies ne le remarquent pas elles non plus…
Je continue de descendre pour aller me mettre juste devant lui, vers trente deux mètres de profondeur, et là je n’en crois pas mes yeux ! Le moins que l’on puisse dire c’est que le bestiau a une « tronche » plutôt hors du commun, avec un museau très recourbé, pointé vers le haut, mais en même temps assez étroit, au dessus duquel se trouvent deux gros yeux proéminents, surmontés de grands lambeaux de chairs.
Quant à ses nageoires, elles semblent faites de dentelles et tellement trouées que je me demande comment il peut bien arriver à nager!
Je tente de lui tirer le portrait, mais de face il ne ressemble décidément à rien… Je me mets à tourner autour de lui pour tenter de trouver un meilleur angle, mais je dois avouer qu’il n’y a vraiment que de profil qu’il ressemble quelque peu à un poisson…
Une bien étrange rencontre en tous les cas

Mais la profondeur a déjà pas mal entamé nos réserves d’air, et Cavan cove recèle également d’autres endroits à découvrir. Nous revenons donc en direction du talus pour amorcer notre remontée le long de la pente, en explorant ses moindre recoins. Je débusque aussitôt une magnifique crevette mante paon (Odontodactylus scyllarus) visiblement plutôt bagarreuse si j’en juge par sa carapace cabossée à plusieurs endroits. Probablement un combat avec un congénère… Je ne vois pas d’autre animal capable d’avoir infligé de telles blessures ressemblant à des coups de massues ayant enfoncé la carapace.

L’ayant surpris hors de son terrier, je profite de l’aubaine pour l’observer à loisir, la poursuivant plusieurs minutes alors qu’elle courre sur le substrat à la recherche d’un abri, se servant parfois de sa queue pour se propulser hors de portée par de brèves accélérations, mais pas suffisamment toutefois pour me distancer, comme si elle voulait jouer avec moi…

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette mante paon (Odontodactylus scyllarus) à Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette mante paon (Odontodactylus scyllarus) à Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette mante paon (Odontodactylus scyllarus) à Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette mante paon (Odontodactylus scyllarus) à Cavan cove

Je fini par lui foutre une paix bien méritée, pour m’intéresser à une autre crevette, que je n’avais encore jamais croisée celle-là! Il s’agit d’une grosse crevette pistolet des comatules (Synalpheus stimpsonii). Cette drôle de crevette possède une pince démesurée par rapport à l’autre, et c’est elle qui lui vaut son surnom de « pistolet », puisque son claquement a la capacité de générer une bulle de cavitation acoustique. Cette bulle se déplace à près de 100 km/h et libère un son pouvant atteindre 218 décibels. La pression ainsi créée atteint 80 kPa à une distance de 4 cm, ce qui lui permet de tuer de petits poissons sans même les toucher. Cet effet s’accompagne d’un intense dégagement de chaleur et de lumière, toutefois invisible à l’œil nu. On appelle cet effet la sonoluminescence, où plus précisément lorsqu’il est de nature biologique comme ici, de « shrimpoluminescence »…
Curieuse coïncidence donc que cette plongée à Covan cove qui m’offre ainsi un véritable fil conducteur puisque la crevette mante paon précédente avait la capacité de produite un effet a peu près similaire avec ses coups de massue…

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette pistolet des comatules (Synalpheus stimpsonii) à Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Crevette pistolet des comatules (Synalpheus stimpsonii) à Cavan cove

Abandonnant la comatule dans laquelle vit cette crevette pistolet, je reprends mon exploration du talus de Cavan cove, où je déniche deux murènes, une murène frangée (Gymnothorax fimbriatus) à la mine plutôt patibulaire, ainsi qu’une délicate murène ruban (Rhinomuraena quaesita), la gueule toujours grande ouverte. Un mâle bien évidemment comme en témoigne sa livrée bleue, qui plus tard deviendra jaune lorsqu’elle vieillira et se transformera en femelle…

Le rhinopias n’est pas le seul poisson étrange que l’on peut trouver à Cavan cove, puisque l’on y rencontre également ce poisson à la drôle de barbichette sous le menton. Il s’agit d’un poisson-savon ponctué (Pogonoperca punctata). Comme les autres espèces de poisson-savon, leur chair contient une toxine qu’ils relâchent en cas de stress afin d’éloigner leurs prédateurs…

Plongée à Anilao aux Philippines: Poisson-savon ponctué (Pogonoperca punctata) à Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Poisson-savon ponctué (Pogonoperca punctata) à Cavan cove

Mais il est déjà temps de regagner la surface, non sans une dernière rencontre durant le palier avec l’une de ces créatures diaphanes que l’on croise beaucoup dans les parages dAnilao. Il s’agit d’un cténophore à ailes tachetées (Ocyropsis maculata) qui se laisse tranquillement porter par le courant. et comme son nom l’indique, heureusement que ses ailes comportent ces tâches, sinon il serait tellement translucide qu’on aurait du mal à le remarquer…

Plongée à Anilao aux Philippines: Ctenophore (Ocyropsis maculata) à Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Ctenophore (Ocyropsis maculata) à Cavan cove

Au final Cavan cove constitue une très belle plongée, avec des représentants plutôt peu communs de la faune tropicale, et qui ravira donc biologistes et photographes sous-marins. Pour ceux que cela ne passionne pas, ils se consoleront avec les nombreux coraux, éponges barriques et autres crinoïdes qui forment de magnifiques paysages sous-marins, surtout vers le haut du talus.

La rencontre avec le rhinopias sera par contre réservée aux plongeurs N2 ou AOW au minimum compte tenu de la profondeur à laquelle il se trouve, mais l’exploration du talus peut quant-à elle être pratiquée par tout le monde.

Plongée à Anilao aux Philippines: Paysage sous-marin de Cavan cove

Plongée à Anilao aux Philippines: Paysage sous-marin de Cavan cove

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux

Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j’ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.


Ma plus belle plongée ? J’espère la prochaine…


Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Soyez le premier à commenter !

Votre commentaire

wpDiscuz
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1