Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le requin blanc (Carcharodon carcharias) déchaîne depuis toujours les passions. Qu’on le redoute ou qu’on l’admire, il ne laisse personne indifférent, et a juste titre puisqu’il constitue l’un des plus grands poissons prédateurs parcourant nos océans, et qu’il fait partie de ces quelques rares espèces de requins (à peine 5 sur un total de près de 530 espèces !) potentiellement dangereuses pour l’homme.

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Morphologie du grand requin blanc

D’aspect massif, son allure se reconnait aisément à son corps robuste terminé par un museau pointu et large (la bouche d’un requin blanc de 6 mètres peut mesurer 60 cm !) , et à l’autre extrémité par une nageoire caudale quasi symétrique, en forme de croissant. Sa robe arbore une teinte variant entre le brun et le gris-bleu sur le dos, devenant plus claire et même parfaitement blanche sur le ventre (d’où son nom de requin blanc).  Ses yeux sont extrêmement sombres, presque noirs, et contrairement à beaucoup d’autres requins, il ne possède pas de paupières, se contenant de rouler les yeux vers l’arrière lors des attaques ce qui explique leur aspect entièrement blanc à ce moment.

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Les études restent assez controversées en ce qui concerne la taille des grands requins blancs. Pendant longtemps on a parlé de requins atteignant plus de 11 m de longueur, mais il a depuis été démontré qu’il s’agissait d’erreurs de mesure, et il est généralement admis que les plus grands spécimen pourraient atteindre la taille maximale de 7 m, même si aucun individus de cette taille n’a jamais été capturé, et que les requins blancs de plus de 6 m restent extrêmement rares, comme Deep Blue, une femelle de 20 pieds (un peu plus de 6 m) aperçue en 2015 à Guadalupe  au Mexique et qui a depuis fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Habitat du grand requin blanc

On trouve le grand requin blanc dans toutes les mers de la planète, même celles où la température est plutôt tempérée. Affectionnant les espaces côtiers, ce requin est également pélagique et surtout un grand migrateur, n’hésitant pas à s’aventurer au large et à traverser les océans. En 2005 une femelle a ainsi été tracée entre l’Afrique du Sud et l’Australie, soit presque 20 000 km aller-retour en neuf mois !
Mais les raisons de ces migrations demeurent pour le moment encore largement inconnues…

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Pour les plongeurs, les meilleurs endroits au monde pour observer les grands requins blancs sont au nombre de 5 (les iles Farallon en Californie, l’ile de Guadalupe au Mexique (Lire l’article “Guadalupe, l’ile des grands requins blancs“), Gansbaaï et plusieurs autres lieux d’Afrique du Sud, les îles Neptunes en Australie et les îles Stewart en Nouvelle Zélande). Cette activité n’est d’ailleurs pas réservée exclusivement aux plongeurs, puisque les cages de surface sont accessibles à tout le monde.

Alimentation du grand requin blanc

Prédateur opportuniste, le grand requin blanc se nourrit d’a peu près tout ce qu’il trouve, avec une prédilection marquée pour les palmipèdes (éléphants de mer ou otaries), mais il ne dédaigne pas les oiseaux, les poissons pélagiques ainsi que les cétacés.

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Comme on le voit l’homme ne figure pas dans son régime alimentaire, et contrairement à nombre d’idées reçues, il n’est donc pas le redoutable “mangeur d’homme” que l’on décrit dans certains films, prêt à se jeter sur le moindre surfeur ou nageur qui aurait le malheur de passer à sa portée. Cela étant, et compte tenu à la fois de sa taille et de son rôle de super prédateur, il n’en demeure pas moins un requin dangereux, responsable d’attaques contre l’homme (la grande majorité non mortelles), mais il est généralement admis que ces attaques résultent essentiellement d’erreurs d’analyse visuelle de la part du requin.

Interactions du grand requin blanc avec l’homme

Les interactions du grand requin blanc avec l’homme restent assez limitées, dans la mesure où la plupart se déroulent avec des plongeurs en cage et des animaux appâtés (lire l’article “Guadalupe, behind the scene” pour plus de détails sur le déroulement de ces plongées).

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Les rencontres fortuites en plongée sous-marine avec des grands requins blancs restent assez exceptionnelles et extrêmement rares. Steven Surina, spécialiste des requins, décrit de telles rencontres comme des rounds d’observation (de part et d’autre) lors desquels le requin cherchera à tester  la réaction des plongeurs afin d’évaluer les rangs hiérarchiques respectifs. Hésitant et timide, il peut toutefois changer radicalement d’attitude (accélérations par exemple) s’il sent une concurrence avec l’homme ou un autre requin. Le meilleur comportement consiste alors à sortir de l’eau.

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Plongée au Mexique: Grand requin blanc (Carcharodon carcharias) à Guadalupe

Pour d’éventuelles rencontres hors cage, les règles de comportement habituels en présence de requins prévalent:

  • utiliser un équipement de couleur sombre et porter cagoule et gants
  • immersion négative obligatoire et ne pas rester à la surface en fin de plongée
  • ne pas se retrouver isolé
  • garder une position verticale
  • ne jamais perdre le contact visuel avec le requin et ne jamais reculer
  • être vigilant et regarder souvent derrière soi
  • et bien sûr garder une distance de 8-10 m minimum et ne pas tenter de toucher le requin ou encore moins de s’accrocher à sa dorsale…

Pour plus de détails je vous invite à lire les différents ouvrages publiés par Steven Surina, ou encore mieux, à participer à l’un de ses séminaires requins qu’il organise à travers le concept de Shark Education,..

 

Articles dans cette catégorie

Gilles Auroux
Plongeur insatiable, infatigable voyageur, et photographe passionné, j'ai entrepris ce blog pour partager mes plongées, mais aussi témoigner sur la beauté et la fragilité du monde qui se trouve sous la surface de nos océans.

Ma plus belle plongée ? J'espère la prochaine...

Vous aussi vous avez plongé ici ? Vous avez aimé ce site (ou pas) ? N'hésitez pas à laisser un commentaire...

Votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer